Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

3 raisons d'aller voir "La Fille du Patron"

affiche La fille du patron
affiche La fille du patron

Cette idylle entre la fille du patron et un chef d'atelier dans une usine de textile est le premier long métrage de l'acteur Olivier Loustau, coproduit par Julie Gayet. Une agréable surprise !

Parce que c'est un film qui plait à tout le monde. Ainsi, on peut aller le voir en couple : Les romantiques comme nous apprécieront cette histoire d'amour touchante et sensible. Les hommes vibreront devant les scènes de rugby d'entreprise et les moments forts d'amitié masculine. Les blagues de potache - pas trop lourdes - sonnent vrai et on sourit de bon cœur. La surprise de la fin (chut, on ne vous en dira pas plus) plaira aux passionnés du ballon ovale.

Parce que cette immersion dans le monde ouvrier, est filmée sans gnagantisme ni clichés. On y croit à cette histoire d'amour entre Vital, 40 ans (Olivier Loustau), un gars réservé et Alix, 27 ans (Christa Theret), venue faire une étude ergonomique sur les risques psychosociaux du secteur et l'amélioration des conditions de travail dans l'entreprise et qui se trouve être la fille du patron. Accusé de trahison, Vital est soupçonné de faire couler l'entreprise mais jusqu'au bout il assumera sa liaison avec la jeune femme. Fils d'ouvrier, Olivier Lousteau, a voulu montrer les classes populaires « de manière vivante, sans pathos, ni misérabilisme ». Pari réussi.

Parce que les acteurs sont excellents. Au départ, Olivier Lousteau voulait confier le rôle de Vital à un autre acteur. Bien lui en a pris d'endosser le maillot de l'ouvrier rugbyman ! On aime son énergie, sa présence face au groupe de comédiens, professionnels et amateurs. Le couple qu'il forme avec la jeune et talentueuse Christa Théret est tout à fait crédible. Leur histoire d'amour bien que disparate sonne vrai.

Le saviez-vous ? l'usine textile de Roanne qui a accueilli le tournage a été mise en liquidation.

Deux autres films qui ont pour toile de fond le monde ouvrier :

- "Les Virtuoses", un film anglais réalisé par Mark Herman (1986), se déroule dans une mine anglaise menacée de fermeture

- "Elise ou la vraie vie", un film de Michel Drach (1970) l'histoire d'amour entre une française et un algérien, sur fond de guerre d'Algérie.

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0