Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

5 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur Franck Dubosc

HOME
HOME

Les Têtes de l'emploi, en salle à partir du 16 novembre 2016, met en scène François-Xavier Demaison, Elsa Zylberstein et Franck Dubosc dans la peau de conseillers Pôle Emploi très efficaces, prêts à tout pour sauver leur job !L'occasion pour Nousdeux.fr de vous en apprendre davantage sur l'un des acteurs les plus populaires de France, après son triomphe dans la trilogie « Camping ».

Sa première fois était une belle galère

Dans l'un de ses sketchs, Franck Dubosc relate cette expérience avec humour. Comme il le confie dans Closer, sa première fois n'était pas banale ! « La première fois que j'ai fait l'amour, c'était sur un matelas pneumatique, et il a crevé !... Nous nous sommes retrouvés sur le sol et pour moi, c'était très grave ». Ses premiers ébats ont placé le futur acteur dans une situation plus qu'inconfortable, mais heureusement depuis, l'humoriste a laissé cette péripétie derrière lui. L'histoire ne dit pas s'il a trouvé le courage de s'aventurer à nouveau sur un matelas pneumatique depuis sa mésaventure ...

Il a piloté un vaisseau spatial

Franck Dubosc a fait sa première apparition à la télévision dans l'émission d'Igor et Grichka Bogdanoff dans Temps X, à l'âge de 15 ans. Le temps d'une émission, le jeune homme s'est trouvé aux commandes du vaisseau futuriste. Après cette première expérience, l'acteur a touché un peu à tout avant que sa carrière n'explose : pilote, assistant de magicien, ou encore reporter pour la télé anglaise. Et tous ses rôles, il les a joués avec bonheur ! « Je n'ai jamais eu l'impression de galérer, confie-t-il. Je ne faisais que ce qui me plaisait ».

Il a refusé un rôle à l'international

D'après Franck Dubosc, sa carrière à l'international s'est jouée à peu de choses. La star de Camping aurait pu apparaitre dans un film de Ridley Scott, le célèbre cinéaste américain qui a réalisé Gladiator, 1492 :Christophe Colomb, Thelma et Louise. Cette opportunité ne s'est finalement pas concrétisée. L'acteur n'a pas jugé bon de traverser l'Atlantique et d'interrompre le tournage de Camping pour un rôle secondaire. Une occasion manquée qu'il ne regrette pas du tout : « Ca me foutait le trac, même s'il n'y avait que 4-5 répliques ! Ca me foutait un trac monstrueux d'y aller ! » a révélé Franck Dubosc.

Il est sorti avec Valérie Lemercier

Etudiant au conservatoire de Rouen, il fait la connaissance de Virginie Lemoine, Karine Viard et Valérie Lermercier. Franck Dubosc a révélé bien connaître cette dernière, et pas seulement en tant que camarade de classe ! « On s'est rencontré à une boum de fin de conservatoire. On s'est roulé des galoches pendant toute la soirée et on ne s'est pas reparlé pendant trente ans ! » raconte t'il. S'ils ont attendus aussi longtemps avant d'évoquer cette histoire, ce n'est non pas par honte mais par pudeur. Seul hic, les deux acteurs n'ont par la même version de cette soirée visiblement bien arrosée : « Elle est convaincue que ça s'est passé dehors, dans la chaleur de la nuit, moi je suis convaincu que c'était sur un lit ». Ils se sont retrouvés sur le tournage de Bienvenue à Bord en 2011.

Il a réalisé ses premiers rêves

Si le comédien apprécie tant son rôle dans Les Têtes de l'emploi, c'est parce qu'il est lui-même issu d'une famille modeste. Fils d'un déclarant de douane et d'une fonctionnaire dans une mairie, Franck Dubosc avoue avoir envié ses amis parisiens qui vivaient dans le confort et menaient une existence dorée, alors que lui, résidait dans la banlieue rouennaise.

C'est sur le divan de l'animateur Marc-Olivier Fogiel, que l'acteur s'autoanalyse et évoque les frustrations de son enfance et la honte de son milieu social. Il confie qu'il aspirait à ressembler à ces gens de la télé : « Ces gens-là ont des belles voitures, ils vont au ski, prennent l'avion, et ils font du cheval... je me disais que c'était la belle vie ». Il est allé jusqu'à s'inventer une vie : « A Rouen, dès qu'une porte de la très chic rue Jeanne d'Arc s'ouvrait, je rentrais. Et je sortais négligemment comme si c'était chez moi, pour faire croire que j'habitais là. Faut être dingue ! ». Aujourd'hui Franck Dubosc a honte d'avoir eu honte de son milieu. C'est d'ailleurs sa volonté de sortir de cette classe sociale qui l'a poussé à vouloir devenir connu et qui a fait de lui ce qu'il est devenu aujourd'hui. Une belle revanche sur la vie.

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0