Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

A lire ! Le nouveau tome des aventures d’Astérix

asterix-tome-36
asterix-tome-36

Le 22 octobre dernier, paraissait Astérix et le Papyrus de César, le tome 36 des aventures des irréductibles gaulois. Par Toutatis, nous ne pouvions manquer pareille lecture ! Il faut dire que l’attachement à Astérix remonte à la fin des années 50, lorsque le journal Pilote nous faisait découvrir avec beaucoup de malice cette bande de guerriers trublions, adeptes de sangliers et de grosses bagarres. Déjà, les jeux de mots fusaient et les caricatures amusaient petits et grands. Par bonheur aujourd’hui, nos ancêtres opèrent un tournant réussi et il semblerait que rien n’ait vraiment changé… ou presque !

Le 22 octobre dernier, paraissait Astérix et le Papyrus de César, le tome 36 des aventures des irréductibles gaulois. Par Toutatis, nous ne pouvions manquer pareille lecture ! Il faut dire que l’attachement à Astérix remonte à la fin des années 50, lorsque le journal Pilote nous faisait découvrir avec beaucoup de malice cette bande de guerriers trublions, adeptes de sangliers et de grosses bagarres. Déjà, les jeux de mots fusaient et les caricatures amusaient petits et grands. Par bonheur aujourd’hui, nos ancêtres opèrent un tournant réussi et il semblerait que rien n’ait vraiment changé… ou presque !

En effet, ce tout nouvel opus a décidé de se mettre à la page en usant de la thématique d’Internet et des réseaux sociaux, évidemment remaniée à la sauce gauloise : une introduction dans notre monde actuel où Reseauwifix ou encore Promoplus sont les nouveaux noms à retenir. Ici, les oiseaux bleus gazouillent en faisant «Twit twit » (en rapport avec Twitter) et les pigeons voyageurs sont à la pointe de la technologie pour communiquer. L’ouvrage reprend ainsi un phénomène de société ancré dans la vie d’aujourd’hui, au gré de calembours bien pensés. Ce n’est cependant pas une nouveauté mais plutôt une habitude que l’on aime voir perdurer : déjà, plusieurs tomes précédents mêlaient humour et actualité, à l’instar du Domaine des Dieux.

Pour autant, nos repères demeurent intacts : le barde Assurancetourix chante toujours aussi faux, le druide Panoramix n’a pas oublié la recette de sa potion magique, les romains en prennent pour leur grade et le banquet final ne saurait manquer de sangliers. Astérix et le Papyrus de César surfe avec brio entre la tradition et le moderne et se met au goût du jour en préservant l’essentiel. L’album est habile et plutôt agréable à parcourir puisque sa lecture, avec le sourire évidemment, s’effectue aussi bien au premier qu’au second degré. Mieux encore, il nous permet de revisiter le célèbre ouvrage de Jules César Commentaires sur la Guerre des Gaules en réécrivant l’histoire avec une fantaisie bienvenue, non sans faire un clin d’œil appuyé à Uderzo et Goscinny.

Au-delà, nous admirons le très beau travail de Jean-Yves Ferry à l’écriture et Didier Conrad aux illustrations. Ces derniers ont su reprendre le flambeau d’Albert Uderzo et René Goscinny en préservant à la perfection l’état d’esprit d’origine des aventures d’Astérix et Obélix. Les dessins, notamment, n’ont rien perdu de leur caractère et collent remarquablement au style de la bande-dessinée. Le résultat fini est le reflet des albums passés et ne trompe pas ses plus fidèles lecteurs : même notre cher Uderzo, 88 ans, approuve grandement !

De toute évidence, cet Astérix et le Papyrus de César est une réussite sur tous les plans : l’ouvrage, qui a bénéficié d’une importante médiatisation, s’est déjà vendu à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires et s’impose, tous domaines confondus, en tête des ventes de livres en France. Il dépasse ainsi haut la main son prédécesseur Astérix chez les Pictes qui, il faut bien le reconnaître, était un album transitoire, pas mauvais au demeurant mais avec un peu moins de saveur.

Ici, nos gaulois préférés semblent avoir récupéré un second souffle, très attrayant. Un petit coup de jeune fort sympathique en somme, qui prouve que l’intemporel Astérix trouve un point d'ancrage dans chaque génération, s’adaptant très bien aux années 2010. Nu doute qu’il continue de nous séduire encore longtemps. Par Bélénos, avec Noël qui arrive bientôt, voici une bonne idée-cadeau pour toute la famille !

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0