Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Alzheimer: Comment reconnaître les premiers symptômes ?

HOME

Plus les traitements destinés à ralentir l'évolution de la maladie sont mis en place tôt, plus ils sont efficaces. Il est donc essentiel de savoir identifier les premiers signes annonciateurs, comme nous l'explique le docteur Olivier Drunat, médecin gériatre.

Même s'il n'existe à l'heure actuelle aucun traitement pour guérir la maladie d'Alzheimer, les médecins disposent cependant de moyens pour freiner l'évolution des symptômes et permettre aux patients de préserver leurs capacités et leur autonomie. Mais ces mesures doivent être installées le plus vite possible car l'on sait qu'une maladie diagnostiquée à l'âge moyen de 75 ans a, en fait, démarré depuis déjà au moins un an et demi.

Repérer les signes d'alerte

L' association France Alzheimer* a listé dix symptômes qui doivent vous interpeller.

- Des pertes de mémoire. Elles concernent des événements récents touchant la vie personnelle et l'entourage. En revanche, pas de problème avec les souvenirs anciens.

- Des difficultés à accomplir des tâches quotidiennes. Il devient compliqué de préparer un repas, faire sa toilette, ses courses...

- Des problèmes de langage. La personne ne retrouve plus des mots simples, usuels et en utilise d'autres plus ou moins appropriés.

- Une désorientation dans le temps et l'espace. Le malade peut se perdre dans des endroits pourtant familiers, confondre les saisons, les mois...

- De la peine pour réaliser les raisonnements abstraits. On remarque des confusions dans la gestion des comptes, pour effectuer des formalités administratives...

- Des pertes d'objets. On les retrouve parfois placés dans des endroits insolites, une montre dans le réfrigérateur par exemple.

- Une mauvaise capacité à évaluer les situations. C'est, par exemple, le port de vêtements d'hiver en été ou l'achat démesuré de nourriture.

- Une perte de motivation pour les activités. Plus d'intérêt même pour celles qui, auparavant, étaient une passion.

- Des modifications dans le comportement. La personne va manifester de l'anxiété, de l'abattement, de l'irritabilité...

- Un changement de personnalité. Le caractère se transforme. Manifestations de jalousie, d'exubérance...

En finir avec les idées reçues

Attention, les retards de diagnostic s'expliquent parfois par la banalisation des troubles de la mémoire ou de l'humeur chez les seniors. « Certes, le fonctionnement de la mémoire se modifie avec le temps et il est évident que l'on apprend moins vite à 70 ans qu'à 10. Mais il est faux de penser qu'une personne perd inévitablement peu à peu la mémoire en vieillissant », met en garde le docteur Olivier Drunat. Il en va de même pour les états dépressifs qui ne doivent en aucun cas être perçus comme une conséquence normale de l'âge mais comme un symptôme possible d'une maladie type Alzheimer. Enfin, même si la grande majorité des neuf cent mille malades Alzheimer sont âgés, plus de trente mille d'entre eux sont diagnostiqués avant 60 ans, parfois même dès la quarantaine. La vigilance est donc de mise à tout âge.

Consulter son généraliste au moindre doute

Une première évaluation globale va permettre au médecin généraliste de déterminer s'il est nécessaire d'orienter son patient vers une consultation spécialisée. Soit chez un neurologue, un psychiatre ou un gériatre, soit au sein d'une Consultation mémoire (liste sur Annuaire-med-alz.org) ou d'un Centre mémoire de ressources et de recherche (liste sur Fcmrr.fr). Plusieurs examens sont nécessaires pour poser avec précision le diagnostic : un bilan médical global, un bilan neuropsychologique sous forme de tests, un examen neurologique et une IRM ou, à défaut, un scanner.

* France Alzheimer : Francealzheimer.org et au 0.800.97.20.97.

2 GUIDES PRATIQUES pour les aidants

Trouver des adresses.

Traitements pour maintenir l'autonomie, aides financières et techniques, structures d'accueil... Des informations précieuses pour les proches des malades.

Le Guide de l'accompagnant, de Mathilde Regnault, éd. Dangles, 9,80 €.

Maintenir le contact avec le malade. La manière de communiquer des personnes touchées par la maladie change. Infirmière auprès d'eux durant plus de vingt ans, l'auteure propose des outils et techniques d'écoute et de communication favorables aux échanges.

Alzheimer, gardez le contact ! de Sylvianne Morandi, éd. Jouvence Santé, 18,50 €.

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0