Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Annie Cordy : 5 choses à savoir sur « Tata Yoyo »

Annie Cordy
Annie Cordy

Le 16 juin 1928 naissait Léonie Cooreman, plus connue sous le nom d'Annie Cordy. Depuis soixante et onze ans, l'extravagante chanteuse illumine les scènes de théâtre, les plateaux de cinéma et salles de concert avec sa joie de vivre, pour le plus grand bonheur du public ! En l'honneur de ses 88 ans, revenons sur cinq aspects importants de sa vie.

Elle a été meneuse de revue

Tel Obélix, Annie Cordy est tombée dans la marmite du music-hall lorsqu'elle était enfant. A 8 ans, sa mère, Maria, l'inscrit à des cours de danse. Elle a 9 ans lorsqu'elle commence à chanter et à 14 ans, elle participe à des radios-crochets. Le talent d'Annie est rapidement repéré par le directeur artistique du Lido, Jean Omer, qui lui propose d'intégrer la troupe de danseuses. A 21 ans, la jeune Belge quitte sa ville natale de Laeken et débarque à Paris pour devenir meneuse de revue. Deux ans plus tard, elle quitte le Lido mais brille sur les planches parisiennes, en jouant dans des comédies musicales et des opérettes comme « La route fleurie », aux côtés de Bourvil.

Elle a tourné avec les plus grands acteurs

En plus d'être une talentueuse chanteuse et une danseuse incroyable, Annie Cordy aussi douée en comédie ! Aux côtés des plus grands noms du cinéma français -Bourvil, Jean Gabin, Luis Mariano, Simone Signoret, Marlène Jobert et plus récemment Thierry Lhermite, Catherine Deneuve, Gérard Depardieu et Josiane Balasko - la « rigolote » montre qu'elle est capable de faire rire dans des films comme Si Versailles m'était conté ou Le chanteur de Mexico, mais aussi d'émouvoir comme dans Le passager de la pluie ou Le chat. L'ancienne meneuse de revue séduit les réalisateurs mais aussi le public : quinze de ces films ont dépassé le million d'entrées en France. Elle aurait même pu faire carrière en Amérique, mais son mari et impresario, François-Henri Bruno décide de rentrer en France, « car il trouvait qu'on y mangeait mal », dit le chanteuse en riant.

Elle a perdu l'amour de sa vie

Annie Cordy n'a que 20 ans lorsqu'elle rencontre son mari François-Henri Bruno. Malgré leur dix-sept ans de différence, Annie et Bruno resteront quarante ans ensemble. Quatre décennies d'amour, de bonheur et de partage que seule la mort viendra stopper en 1989, en emportant Bruno. Un drame que la chanteuse surmonte grâce au travail. « Bruno était tout pour moi : mon mari, mon amant, mon impresario, mon père... Ce fut quarante ans de passion et de tendresse, explique-t-elle, Quand j'ai perdu mon mari, je peux vous assurer que je suis partie en miettes. Le soir, pourtant, j'étais sur scène ! Je suis comme ça, j'assure. » Mais la chanteuse a un regret : ne pas avoir eu d'enfant avec lui. Ne pouvant avoir d'enfant, la chanteuse et son mari ont compensé cette absence en travaillant énormément.

Elle est baronne

Sur scène, vous la connaissez sous le nom d'Annie Cordy mais à la ville, l'artiste devient la baronne Léonie Cooreman. En 2004, le roi des Belges, Albert II, donne le titre de baronne à Annie Cordy. Une distinction royale qui a ravi et honoré la chanteuse : « Si la France est mon pays, la Belgique est restée ma patrie. Cette distinction s'inscrit dans le code d'amour entre les Belges et moi-même. » Mais ce titre n'est pas monté à la tête d'Annie Cordy qui, malgré son incroyable carrière, a toujours gardé les pieds sur terre. « Je suis une petite femme du peuple qui a réussi dans son métier mais n'a jamais renié ses racines ! », assène-t-elle.

Elle ne compte pas mettre fin à sa carrière !

La retraite ? Annie Cordy ne connait pas ce mot. Il est même banni de son vocabulaire ! Alors que d'autres légendes de la chanson ont mis fin à leur carrière pour ensuite la reprendre plus tard comme Johnny Hallyday ou Eddy Mitchell, l'interprète de « Tata Yoyo », elle, l'affirme : elle ne prendra pas sa retraite de sitôt ! Pour elle, être sur scène est vital : « Sur scène j'oublie tout. J'ai perdu beaucoup d'amis que j'adorais, mes parents me manquent terriblement, mais je me dis malgré tout que la vie est belle ! », confiait-elle dans une interview.

Souhaitons donc encore de belles années à la pétillante Annie Cordy !

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0