Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique Je m'abonne : les meilleures offres S'abonner à la version numérique

Au secours l’été ! Les allergies continuent

rhinite

Nez qui pique, petits yeux et maux de tête : on a tellement tendance à associer le printemps aux phénomènes allergiques qu’on en oublie que la saison estivale est, elle aussi, propice à ces petits désagréments du quotidien. Pire, elle nous en garantit même de nouveaux. Rien de grave cependant, les allergies demeurent bégnines la plupart du temps. L’ennui majeur est qu’elles ont la fâcheuse habitude à survenir pendant nos vacances et nous gâcher la vie copieusement ! A défaut de pouvoir les éviter, on vous expose ici les plus courantes. Sitôt ces dernières ciblées, il est toujours plus aisé de trouver quelques remèdes à l’inconfort qu’elles provoquent.

Le rhume des foins :
Défini comme une allergie saisonnière, le rhume des foins survient souvent au printemps mais se poursuit parfois en été. Il se caractérise par le fait de se sentir comme enrhumé, avec les yeux irrités et larmoyants, le nez qui coule et des éternuements à répétition. Pas de panique, cela veut tout simplement dire que notre système immunitaire est sensible à notre environnement et crée ainsi une réaction. Cette dernière est souvent liée aux plantes et au pollen mais peut aussi être engendrée par d’autres éléments comme les acariens ou la poussière. Pour y pallier au mieux, on évite de faire sécher son linge à l’extérieur, on se lave les cheveux fréquemment, on respire des huiles essentielles (lavande, camomille, eucalyptus…) et on ne lésine pas sur le miel et les infusions, bleuet et plantain notamment. Des remèdes simples et naturels qui permettent en partie de chasser la rhinite.

L’allergie au soleil :
Il s’agit d’une allergie cutanée. Elle se détecte très rapidement puisque dès les premières expositions, des petits boutons et des plaques rouges apparaissent sur la peau. Touchant rarement le visage, ils sont plutôt ciblés sur les bras, les jambes et le décolleté. On n’y prête pas grande attention car cela ressemble à première vue à de l’urticaire et pourtant, l’allergie au soleil entraîne de grandes phases de démangeaison, parfois douloureuses. Dans certains cas, elle part toute seule, après que le corps bronzé se soit adapté. Mais si l’on observe le contraire, autant s’exposer un minimum ou prendre des précautions fortes. On choisit alors une crème contre les UVA, UVB, infrarouges et avec un indice de protection élevé (plus de 30), et on se dénude le moins possible.

L’allergie aux piqûres d’insectes :
S’il y a bien un fléau de l’été, c’est celui-là. Guêpes, abeilles, frelons, bourdons, taons, punaises, fourmis ou moustiques, la liste est longue pour les petites bêtes qui nous collent à la peau bien malgré nous. Les insectes entraînent une piqûre souvent douloureuse qui déclenche avec elle une réaction allergique. Elle peut être plus ou moins forte mais se localise la plupart du temps par une zone rouge et gonflée, avec des démangeaisons. En principe, ce n’est pas très grave (on observe dans de très rares cas des soucis respiratoires) mais il faut veiller à ce que le venin de l’animal ne se répande pas. Pour cela, on évite de trop toucher la blessure. Et en cas de doute, le mieux est d’aller consulter un médecin afin qu’il enlève le dard s’il y en a un et diagnostique la gravité du problème.

L’allergie aux fruits :
Cela peut faire sourire de prime abord mais les fruits sont des allergènes puissants, en particulier quand ils sont exotiques. Parmi les plus fréquents, on retrouve donc la banane, le kiwi, la mangue, la papaye et la goyave. Pourquoi ? Parce que le corps se sent perturbé dans ses habitudes alimentaires et s’empresse d’émettre un signal. La liste des symptômes est très variable selon les personnes et peut aller d’un simple urticaire à un gonflement du visage et des lèvres, en passant par des difficultés à respirer. En général, on n’arrive pas jusque là mais la meilleure solution reste encore de se tenir loin des fruits qui ne nous conviennent pas et de consulter un spécialiste, après avoir constaté la première réaction : cela permet de savoir quelle attitude adopter et accessoirement, de se sentir un peu rassuré.

L’allergie au henné :
L’été est un terrain propice au henné puisqu’il permet de jolis tatouages éphémères et une tendance bohême très en vogue. Mais attention ! Si le henné d’origine végétale fait rarement parler de lui, ce n’est pas le cas du henné noir ans lequel on injecte un produit de synthèse bon marché pour faire ressortir la couleur. L’aspect chimique déclenche chez certains sujets une allergie et c’est d’autant plus dangereux que la réaction cutanée (gonflement, rougeurs, démangeaisons) peut durer sur du long terme. Pour y remédier, il faut un traitement fort à base de corticoïdes. On y réfléchit donc à deux fois avant d’arborer du henné pour l’été et surtout, on se renseigne sur sa provenance.

Avec la vie en extérieur, le changement d’air ou d’habitudes, et les activités multiples, les mois d’été n’ont rien à envier au printemps et sont eux aussi une véritable source d’allergies. Alors loin des petits tracas qui viennent perturber les plus beaux moments de l'année, on prend bien nos précautions et on reste vigilant sans céder à la psychose. Il paraîtrait qu’une personne avertie en vaut deux, nous voici prévenus !

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0