Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Automédication : attention à ne pas faire n'importe quoi !

Votre médecin ne peut pas vous recevoir ? Vous êtes alors tentée de prendre des gélules sans ordonnance. Oui mais cette pratique est dangereuse.

Se soigner soi-même n'est pas un acte anodin. Un minimum de prudence évite un maximum de risques. C'est ce que nous explique Jean-Paul Giroud*, professeur de pharmacologie clinique et membre de l'Académie de médecine. Petite piqûre de rappel.

Un gros rhume, un mal de tête passager ? Bien souvent, pour calmer immédiatement le mal, vous vous soignez seule. Quoi de plus banal, a priori, que de piocher dans le premier flacon venu... « Pourtant, tout médicament, avec ou sans ordonnance, peut entraîner des accidents. L'automédication n'est donc pas sans danger et répond à des règles précises », prévient le Pr Giroud.

Privilégier un traitement de courte durée

« Une automédication raisonnée décharge le médecin de consultations données pour des problèmes bénins, développe notre expert. Mais on ne doit y recourir qu'en cas de trouble léger et ponctuel, comme une toux, un mal de gorge, une constipation ou une brûlure d'estomac, par exemple. »

Jean-Paul Giroud précise aussi que son application ne doit concerner qu'un symptôme unique et être de courte durée. « On se soigne seule au maximum cinq jours, au-delà, on consulte ! Et puis, si le symptôme disparaît sous l'action du traitement, ce n'est pas toujours signe de guérison. »

Vous avez mal à la gorge ? Vous pouvez soulager le trouble avec du paracétamol, de préférence, ou de l'ibuprofène, mais seulement en seconde intention, si le premier n'a pas agi avec efficacité.

Si votre douleur est associée à de la fièvre et à des ganglions, c'est peut-être une angine bactérienne, qui doit être prise en charge par un médecin. De la même façon, signalez-lui tout problème récurrent (tremblements, maux d'estomac quotidiens, vertiges...), car vous n'avez pas les compétences pour juger ou non de la gravité de votre état, encore moins vous soigner vous-même.

Refuser de jouer les apprentis sorciers

Un médicament ne se prend pas n'importe comment, n'importe quand. Vous devez respecter la posologie (ce n'est pas en doublant les doses que vous vous soignerez plus vite) et le moment de la prise (au repas, à jeun, le soir...). « En automédication, préférez toujours les médicaments composés d'une seule substance », conseille le Pr Giroud, qui recommande également d'éviter les cocktails hasardeux.

En effet, certains remèdes ne font pas vraiment bon ménage. « Les pansements de l'estomac réduisent l'efficacité d'un grand nombre de médicaments, alerte-t-il. A l'inverse, les tranquillisants de certains antihistaminiques, combinés à des antitussifs, accroissent la somnolence. » Si vous prenez déjà quelque chose, vous devez en faire part au pharmacien.

Enfin, un médicament, c'est personnel. Nous ne sommes pas tous égaux devant un même traitement. Ce n'est pas parce que l'antihistaminique prescrit par son médecin a guéri votre sœur qu'il vous conviendra à vous aussi. Votre corps ne réagit pas forcément de la même façon que le sien, et son médicament miracle peut être dangereux pour vous !

Prendre garde aux produits périmés

Avant d'avaler un produit, vérifiez la date de péremption inscrite sur la boîte, la plaquette, le flacon ou le tube. Surtout si vous l'avez déniché tout au fond de l'armoire à pharmacie. Pour certains médicaments, le risque n'est pas élevé si la date est dépassée ; au pire, il sera inefficace. Mais attention, danger s'il s'agit d'un traitement quotidien à prendre à vie (antihypertenseur, anticoagulant, antiasthmatique...) ou de produits sous forme liquide, qui s'altèrent plus vite, comme les collyres qui ne doivent pas être utilisés au-delà de quinze jours une fois ouverts. Mieux vaut utiliser des dosettes à usage unique.

Pour éviter des effets indésirables, voire un accident, conservez les médicaments et leur notice dans leur emballage d'origine et, à la fin de tout traitement, rapportez à la pharmacie les boîtes non utilisées. Si, par mégarde, vous avez pris un comprimé périmé depuis longtemps et que vous êtes inquiète pour votre santé, appelez votre médecin ou demandez à votre pharmacien. Ils vous indiqueront la marche à suivre.

Auteur d' Automédication, le guide expert, éditions de La Martinière, 19,90 €.

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0