Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Ces animaux des bords de mer dont on se méfie

meduse

Vous partez en vacances en bord de mer ? Une chance, surtout si vous êtes du genre à aimer barboter dans l’eau des heures durant. Mais veillez à rester vigilante toutefois ; et attention où vous mettez les pieds ! La France, tout en demeurant un pays sans grands dangers du point de vue de la faune et la flore, cache en son sein certains animaux marins qui se plaisent à vivre dans les eaux tempérées. Si vous croisez leur chemin, il pourrait bien en résulter une attaque de leur part suivie de douleurs. Afin de vous préservez au mieux, on vous dit tout, des précautions à prendre aux remèdes qui vous soulageront rapidement,

La méduse :
Flottant à la surface de l’eau, la méduse est fort jolie mais également la bête noire des vacanciers ! Présente dans le monde entier, elle voit son nombre augmenter chaque année et, par malchance pour vous, se montre plutôt discrète. La légende dit qu’une fois que l’on aperçoit une méduse en mer, il est trop tard pour la contourner. Alors que faire ?
Dans un premier temps, renseignez-vous sur les zones « à méduses » et ne vous y baignez sous aucun prétexte. Evitez aussi de vous approchez d’elles, même si vous en trouvez une morte ou échouée : son venin urticant sera toujours présent. Enfin, privilégiez le port de sandalettes en plastique, notamment lorsque vous vous aventurez sur les rochers.

Après la piqûre :
Pas de panique, la piqûre de méduse est la plupart du temps bégnine. Nettoyez rapidement la plaie avec de l’eau de mer. Vous pouvez aussi appliquer du sable dessus et le laisser reposer quelques minutes afin de retirer les résidus de tentacule. Il est important de ne pas frotter la zone piquée. Si la douleur persiste, prenez du paracétamol et faites-vous prescrire une pommade à base de cortisone. Les marques cutanées pourront rester jusqu’à deux semaines.

L’oursin :
Si certains voient en l’oursin un plaisir gastronomique certain, d’autres s’y sont piqués ! Souvent assimilés à de petits hérissons maritimes, ces derniers ne s’aventurent pas en pleine mer mais trouvent domicile vers les rochers. Une bonne raison de ne pas trop vous baigner dans les zones rocheuses ou du moins, jamais sans vos sandalettes en plastique ou vos gants de plongée. Globalement, vous devez rester attentive à là où vous mettez les mains et les pieds. Evoluant en eaux peu profondes, les oursins se remarquent de par leur masse sombre. Si malheureusement il est trop tard, soyez rassurée : en France, leur piqûre n’est pas mortelle.

Après la piqûre :
Il va vous falloir retirer les épines, une par une. Ce n’est pas un travail aisé car elles sont friables et donc difficiles à attraper. Il faut repérer la racine et rester dans l’axe. Le plus sur est de consulter un médecin afin qu’il vous anesthésie la zone endolorie et accomplisse cette besogne du mieux possible. La plaie devra également être désinfectée et il ne sera pas rare que vous vous trouviez sous antibiotiques pour prévenir les risques d’infection. Les jours qui suivront, certains fragments d’épines restés dans le pied pourront engendrer de légères douleurs, mais ils partiront d’eux-mêmes.

Le crabe :
Ne sous-estimez pas ce crustacé, d’apparence inoffensive, et qui se déplace toujours de côté. Parmi ces 10 pattes, celles du devant sont des pinces et comme leur nom l’indique, elles peuvent faire mal. Ce dernier évoluant de plus dans le sable comme dans l’eau, la meilleure solution est encore de ne pas croiser sa trajectoire. Dans nos régions, les crabes n’ont pas une taille immense et ne représentent donc pas un danger notoire. Ils peuvent néanmoins se montrer agressifs s’ils se sentent attaqués. Le tourteau, notamment, possède une vraie force dans ses pinces, ce qui peut parfois engendrer de belles blessures.

Après le pinçon :
Vous vous rendrez vite compte, par la taille de l’écorchure, si la plaie est superficielle ou si, au contraire, vous aurez besoin d’un médecin. Dans le premier cas, désinfectez avec précaution là où le crabe vous a pincé et renouvelez vos soins jusqu’à guérison totale. Le paracétamol, une fois encore, peut calmer la douleur. Dans le second cas, il est préférable de vous rendre aux urgences avec des sutures à prévoir. Une fois prise en main par un spécialiste, ce dernier vous indiquera la marche à suivre en vous prescrivant un traitement adapté.

La vive :
Ce petit poisson est sans doute le plus dangereux du littoral. Il vit dans le sable, s’y camoufle pour que vous ne le voyiez pas et est même parfois appelé « le dragon marin ». On redoute la vive pour son venin toxique et ses épines. Elle n’est pas évidente à éviter puisqu’elle se cache la plupart du temps et sommeille à proximité des plages. Portez des sandales en plastique tant que vous pouvez et marchez à petits pas : les grandes enjambées les effraient. Sachez également que la douleur de sa piqûre est fortement atténuée par période de grosse chaleur : le venin s’amenuise sous l’effet de la canicule.

Après la piqûre :
Vous ressentirez une douleur intense et devrez donc faire appel aux secouristes puis consulter un médecin. La piqûre, en effet, provoque une sorte de paralysie laissant la peau rouge et enflée comme lors d’une brûlure. Avant ces démarches, vous pouvez surélever dès que possible le membre touché par rapport au reste du corps et appliquer sur la plaie une source de chaleur qui vous apaisera (cigarette incandescente, eau chaude…) durant une demi-heure. Les spécialistes sont très au point pour soigner les piqûres de vive et vous serez vite rétablie. En revanche, le poison du poisson pénètre dans le sang et il est possible de ressentir parfois une douleur, même plusieurs années après s’être fait piquer.

Un conseil qui vaut de l’or : restez prudente et ne sous-estimez pas la faune des bords de mer. Cette dernière, aussi jolie soit-elle, peut se montrer impitoyable avec l’humain, en partie car elle en a peur. Avoir des gestes mesurés peut vous sauver la mise à de nombreuses reprises. Aussi, sachez profitez de vos vacances avec bonheur en vous épargnant ces quelques désagréments.

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0