Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Cheveux blancs : le coiffeur, c'est moi !

HOME

Faire sa teinture soi-même... Vous n'osez pas ou, pire, vous avez été déçue. Comment se lancer sans se tromper ? Réponses tout en nuances.

Bien choisir SA COLORATION

Pour éviter les déceptions, il est nécessaire de savoir exactement ce que l'on veut obtenir et, ensuite, de choisir son produit parmi trois catégories, en fonction du nombre de cheveux blancs.

Éphémère, pour quelques fils blancs

- Cette coloration résiste de six à huit shampoings et couvre les premiers cheveux blancs. Sans oxydant ni ammoniaque, elle permet une coloration ton sur ton. On n'éclaircit pas, il n'y a aucun « effet racines ».

Et aussi : elle apporte des reflets légers (nuances dorées, cuivrées, violine...) à une chevelure naturelle, à condition de ne pas avoir plus de 30 % de cheveux blancs.

Semi-permanente, pour les tempes grisonnantes

- Il est possible d'accentuer d'un à deux tons sa couleur, avec ou sans reflets. Cette teinture est sans ammoniaque, mais avec oxydant. Elle tient de six à huit semaines et couvre 50 % de cheveux blancs.

Et aussi : avec ce type de coloration, on peut apporter des reflets, de la brillance et de la densité à la couleur naturelle, sans forcément foncer sa chevelure. Il est impossible d'éclaircir sa couleur.

Permanente, pour les racines blanches

- Cette coloration dure dans le temps et couvre jusqu'à 100 % de cheveux blancs. Attention, il faut refaire les racines toutes les quatre à six semaines. On peut aussi modifier sa couleur de plusieurs tons. Cette coloration, ammoniaque, contient de l'oxydant. Pour éclaircir ses cheveux, il faut tenir compte de sa couleur de base qui définit les limites d'éclaircissement. Une brune n'obtiendra pas un blond très clair avec ce type de coloration (il lui faudra passer par une décoloration), alors qu'un blond foncé le pourra.

Et aussi : il est possible de réaliser des mèches. Cette technique demande de la dextérité et l'aide d'une personne, surtout pour l'arrière de la tête. Il existe des kits très pratiques pour balayage, mais prenez le temps de lire le mode d'emploi. Le temps de pose est à respecter impérativement.

Bien choisir LA TEXTURE DU PRODUIT

Certaines « matières » proposées sont plus faciles à utiliser que d'autres. Le mieux est de les essayer pour adopter celle qui vous conviendra le mieux.

- La mousse, pour les débutantes

Onctueuse, aérienne, aussi facile à appliquer qu'un shampoing, elle est également idéale quand on a des cheveux longs, car elle glisse bien le long de la fibre capillaire.

- Le gel, pour les habituées

Ni fluide ni collante, cette texture a l'avantage de ne pas couler. Elle est agréable à appliquer soit au biberon (fourni), soit au pinceau.

- La crème, pour les expertes

Longtemps le seul choix en salon comme en magasin, elle a toujours la cote. Elle est pratique pour travailler uniquement les racines au pinceau (le produit ne coule pas sur les longueurs).

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0