Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Cortisone : Démêlons le vrai du faux

HOME
HOME

Connue pour son action anti-inflammatoire très puissante, la cortisone soigne de nombreuses maladies mais elle a encore souvent mauvaise presse. Le docteur Damien Mascret*, médecin généraliste, nous dit tout sur ce médicament

La cortisone est un dérivé d'une hormone que l'être humain sécrète naturellement, le cortisol. Fabriquée par la zone corticale des glandes surrénales, situées au niveau de la partie supérieure des reins, cette molécule intervient dans les réactions au stress, mais elle est surtout réputée pour ses propriétés anti-inflammatoires et antiallergiques. Objet d'un prix Nobel en 1950, elle est utilisée en thérapeutique depuis les années 50.

On la prescrit pour diverses maladies

Vrai. La cortisone (qui fait partie de la famille des corticoïdes) est un médicament anti-inflammatoire prescrit pour calmer et stopper rapidement une inflammation. En prise courte (cinq à dix jours), et en association au traitement, elle soulage rapidement rhinite allergique, crise d'asthme, sciatique, sinusite aiguë... Elle est utilisée de façon prolongée, à des doses moins importantes, pour soigner des maladies au processus inflammatoire très aigu, comme la maladie de Crohn, la polyarthrite rhumatoïde, la sclérose en plaques...

Elle a des effets secondaires

Vrai. Lorsque la prescription est de courte durée, on peut ressentir une excitation associée parfois à des difficultés de concentration. Avec un traitement plus long, on observe des symptômes (prise de poids, troubles psychiques, hypertension artérielle) liés à « la dose cumulée » administrée, c'est-à-dire à la quantité prise depuis le début de la maladie. Une surveillance étroite, mise en place précocement par le médecin, permet de limiter ces effets réversibles qui disparaîtront à l'arrêt du traitement.

Elle fait grossir

Vrai et faux. Prendre de la cortisone pendant quelques jours ne fait pas grossir. La prise de poids n'intervient qu'en cas de traitement prolongé car ce médicament stimule l'appétit et entraîne le stockage de cellules graisseuses. Des dosages importants favorisent aussi la rétention d'eau dans l'organisme, ce qui provoque parfois un gonflement au niveau du visage. Sans vous mettre à la diète, modifiez votre alimentation. Limitez la consommation de matières grasses. Diminuez la prise de produits sucrés. Adoptez un régime hyposodé afin de baisser significativement la quantité de sel consommé. Ne resalez pas un plat et privilégiez le pain sans sel.

Elle provoque de l'ostéoporose

Vrai. Un traitement prolongé et à fortes doses fragilise les os et peut entraîner une perte osseuse. Pour pallier ces désagréments, les médecins prescrivent du calcium, de la vitamine D et parfois même des médicaments efficaces contre l'ostéoporose (raloxifène, bisphos-phonates). Il est aussi fortement recommandé de pratiquer un sport et de limiter sa consommation de tabac et d'alcool.

Elle empêche de dormir

Vrai et faux. La cortisone est un stimulant de l'organisme en général, et du cerveau en particulier. Elle est notamment sécrétée en cas de stress ou de menace et maintient en éveil. Par ailleurs, le cycle de sécrétion du cortisol dans l'organisme atteint un pic le matin pour diminuer lentement au cours de la journée. C'est pourquoi il est conseillé de prendre le remède en début de journée pour respecter le rythme biologique naturel.

Elle peut provoquer un ulcère

Faux. Contrairement à l'anti-inflammatoire non stéroïdien (ibuprofène et aspirine), le risque d'ulcère est assez réduit avec la cortisone. Néanmoins, un traitement prolongé peut provoquer des douleurs à l'estomac. Et, sauf nécessité impérieuse, le médecin ne la prescrira pas à un patient atteint d'un ulcère gastroduodénal car les risques sont alors majorés. Pour en limiter les effets, prenez-la avant le repas.

Il n'y a pas de contre-indication majeure

Vrai. Même la femme enceinte peut en prendre lorsqu'elle est prescrite pour une utilisation courte. Une surveillance rapprochée est mise en place en cas de diabète (la cortisone augmente le taux de sucre dans le sang), d'hypertension artérielle, d'infection virale, d'ulcère gastroduodénal en évolution, de mycose ou de parasitose... En comprimés, en perfusion ou en pommade, la cortisone a depuis longtemps prouvé son efficacité.

A lire

*Auteur du Dico-guide de votre santé , éd. Leduc.s, 17 €.

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0