Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Cystite: Les antibiotiques, c'est pas automatique

HOME
HOME

Les médecins tirent la sonnette d'alarme : les bactéries résistent de mieux en mieux aux antibiotiques, pourtant systématiquement prescrits en cas d'infection urinaire. On a demandé au Pr Franck Bruyère*, urologue au CHU Bretonneau de Tours, si cette prescription était justifiée.

Ça brûle quand vous faites pipi et vous avez tout le temps envie d'uriner ? Vous êtes légèrement fiévreuse, vous avez mal au ventre ? Vous avez probablement une cystite. Si c'est la première fois que cela vous arrive, mieux vaut consulter votre médecin pour confirmer le diagnostic et vous faire prescrire des antibiotiques. « Même en l'absence de traitement, les symptômes finiraient par disparaître. Et contrairement à ce que l'on a longtemps pensé, les risques sont très réduits de voir cette infection urinaire douloureuse mais bénigne évoluer vers une infection beaucoup plus grave des reins, la pyélonéphrite », précise le Pr Franck Bruyère. « Mais pourquoi laisser souffrir les femmes des jours et des jours quand elles peuvent être soulagées rapidement par des antibiotiques ? » Inutile de vous forcer à boire beaucoup pendant la crise, comme on l'a longtemps conseillé, vous ne feriez qu'augmenter la fréquence de vos mictions douloureuses. Pensez en revanche à prendre des probiotiques pour rétablir l'équilibre de votre flore intestinale : elle est souvent mise à mal par les antibiotiques. L' infection pouvant récidiver, profitez de votre consultation médicale pour demander une ordonnance d'avance à votre médecin, vous pourrez ainsi vous soigner seule si cela recommence. Mais attention, si un prochain épisode s'accompagne de symptômes inhabituels (fièvre élevée, frissons, douleur brutale dans le bas du dos) ou d'autres qui durent plus de vingt-quatre heures malgré la prise d'antibiotiques, il vous faudra consulter.

Bien doser les traitements

Mais alors, comment lutter contre le développement de germes résistants aux antibiotiques si l'on continue de prescrire des antibiotiques à chaque cystite ? « Il faut privilégier les traitements courts, en monodose ou sur trois jours », explique le Pr Franck Bruyère. « On sait aussi qu'il faut varier les familles d'antibiotiques utilisés d'un épisode à l'autre et ne pas donner de fluoroquinolones en première intention. Cette famille d'antibiotiques favorise fortement l'antibiorésistance. » Bien entendu, au-delà de quatre cystites par an, des examens complémentaires sont nécessaires pour comprendre l'origine de ces cystites à répétition et ainsi limiter les récidives et la prise d'antibiotiques.

Prévenir les crises

Pour réduire l'usage des antibiotiques, il faut aussi prévenir la colonisation de l'appareil urinaire par l' Escherichia coli ou colibacille. Cette bactérie vit habituellement dans le côlon, où elle fait partie de la flore intestinale normale, mais elle peut aussi se trouver dans le vagin. Or, chez la femme, la distance séparant l'appareil urinaire du vagin et de l'anus est si petite, et l'urètre, le canal d'évacuation de l'urine, si court, qu'il arrive que l' Escherichia coli se retrouve devant l'extrémité de l'urètre et remonte ce court chemin jusqu'à la vessie, où il se multiplie. Avec, à la clé, les symptômes de la cystite. Comment éviter que ça ne se produise ? Buvez beaucoup, urinez après chaque rapport sexuel, essuyez-vous d'avant en arrière quand vous allez aux toilettes et n'utilisez pas de gant pour vous laver, c'est un vrai nid à microbes. Limitez également votre consommation d'aliments acides, comme les tomates ou les asperges, car ils favoriseraient les crises. Enfin, sachez qu'une vaste étude multi-centrique randomisée versus placebo vient de mettre en évidence l'efficacité préventive du complément alimentaire Duab de Nutri-vercell associant de la propolis et de la canneberge.

* Le Pr Franck Bruyère est également membre du comité d'infectiologie de l'Association française d'urologie, du comité d'infectiologie et du comité chargé des recommandations de l'European Association of Urology (EAU).

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0