Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Grains de beauté : les secrets d'une bonne surveillance

HOME
HOME

Le Dr Philippe Deshayes, dermatologue, nous explique comment repérer les mélanomes qui se glissent parfois parmi les grains de beauté. Dépistés à temps, ces cancers se soignent bien.

Une personne sur deux n'a jamais montré ses grains de beauté (ou nævus) à un médecin et une sur quatre ne pratique pas d'auto-examen*. Une indifférence problématique, car il arrive que ces taches, rondes ou ovales, planes ou en relief, soient des mélanomes.

Ces cancers de la peau sont particulièrement agressifs, mais, dépistés tôt, ils peuvent être traités dans 90 % des cas. Voilà pourquoi il est primordial de les détecter rapidement. Même si certaines personnes sont davantage exposées (hérédité, peau claire, nombreux grains de beauté, antécédents de coups de soleil...), ces conseils s'appliquent à tout le monde, y compris aux peaux foncées.

Respecter la règle ABCDE

Huit fois sur dix, un mélanome se développe à partir d'une peau saine et apparaît sous la forme d'une tache pigmentée ressemblant à un grain de beauté. Plus rarement, il se développe à partir d'un grain de beauté préexistant. Il est donc indispensable d'examiner votre peau de près à intervalles réguliers, au moins une fois par trimestre. Ce qui doit vous alerter ? Un grain de beauté qui viendrait d'apparaître ou un ancien qui se serait modifié récemment et répondrait à au moins trois des critères de la règle ABCDE** :

- A comme Asymétrie. Si vous tracez un axe imaginaire au centre d'un grain de beauté, les deux côtés doivent être identiques. Dans le cas contraire, il peut s'agir d'un signe de malignité.

- B comme Bordure irrégulière.

Un contour dentelé doit vous alerter.

- C pour Couleur. Plus ou moins foncée, peu importe, mais toute la surface des grains de beauté doit être de la même couleur.

- D pour Dimension. Les grains de beauté bénins sont généralement d'un diamètre plus petit (inférieur à six millimètres) que les grains de beauté malins.

- E pour Evolutivité. C'est le critère le plus important. Une tache brune apparue récemment sur la peau et se modifiant rapidement, en quelques semaines, voire en deux ou trois mois, doit alerter. Les grains de beauté connus depuis l'enfance peuvent prendre un peu d'épaisseur au fil des années, cela n'est pas inquiétant. En revanche, il faut vigilance garder devant toute variation rapide de couleur, de taille, de forme ou de volume. Ou encore devant des symptômes comme des saignements spontanés, des démangeaisons ou encore la formation de croûtes dessus.

Examiner sa peau à la loupe

Les expositions solaires répétées multiplient les risques de développer un cancer de la peau. Mais pas forcément, un mélanome peut aussi se former sur des zones peu ou pas exposées. Alors, ne risquez de passer à côté d'un grain de beauté suspect : examinez attentivement votre visage, sans oublier l'intérieur de la bouche et des narines ; votre torse, sans négliger la zone sous les seins ; l'arrière et l'avant de vos bras ; vos mains, en vous rappelant qu'une bande verticale brune ou noire sous un ongle indique la présence d'un mélanome sous-unguéal, très grave ; vos jambes, en regardant bien derrière les genoux ; vos pieds, y compris sous la plante et entre les orteils, ainsi que les ongles. N'hésitez pas à vous aider d'un miroir et à demander à un proche de vous assister : c'est indispensable pour surveiller le cuir chevelu, la zone génitale et le pli interfessier. Pour plus de sécurité (et de tranquillité), une fois par an, demandez à votre dermatologue ou à votre médecin traitant de faire le point. Evidemment, toute lésion cutanée qui vous inquiéterait en dehors de ces rendez-vous de contrôle nécessite un avis médical. Mais inutile de vous affoler si vous vous êtes écorché un grain de beauté ancien. Attendez simplement qu'il cicatrise et, si sa localisation vous gêne, faites-le enlever. Mais il n'y a aucune urgence.

*Etude menée dans 23 pays par le laboratoire La Roche-Posay, en partenariat avec Ipsos.

**Plus d'infos sur le site du Syndicat national des dermatologues-énéréologues (Syndicatdermatos.org).

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0