Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Hasnaâ Ferreira, élue chocolatière de l'année 2016

Hasnaâ Ferreira

Découverte lors de l'émission culinaire MasterChef , en 2012, la jeune chocolatière réalise son rêve en ouvrant deux boutiques à Bordeaux et collectionne les honneurs. Portrait d'une femme passionnée et discrète.

Sa magnifique robe tout en chocolat, « Nymphe d'automne », portée par Miss Haute-Garonne 2016, avait fait sensation au dernier Salon du chocolat à Paris. A 34 ans, Hasnaâ Ferreira, s'est vu décerner l'Award de la Meilleure Chocolatière de l'année ainsi que la Tablette d'or. L'année précédente, le célèbre CCC, le Club des croqueurs de chocolat, l'avait consacrée « Jeune Espoir ». Elle a reçu des monceaux de fleurs, des hommages délicieux. La piquante jeune femme, mère de deux petites filles, en rougirait presque. « C'est beaucoup d'honneurs pour moi, dit-elle, je suis heureuse et en même temps j'ai un peu peur, je veux faire encore mieux ! » Exigeante avec elle-même, elle ne compte pas ses heures et se lève avant l'aube, à 2 heures du matin. D'ailleurs, elle répond à nos questions entre un enrobage et le découpage d'une planche d'un délicieux chocolat grand cru.

Une enfance marocaine

Ce goût de l'effort, elle l'a acquis à Casablanca, au Maroc, où elle a vécu ses 26 premières années. Elle est la dernière d'une fratrie de trois filles dans une famille où la maman est infirmière et le papa entrepreneur. Les parents transmettent aux enfants l'importance du travail. C'est pour gagner quelque argent qu'elle officie, dès 16 ans, comme mannequin. Un job qui ne la fait pas rêver. « Je défilais et faisais des photos pour des magazines, c'était un passe-temps, un jeu, sourit-elle. On est comme une poupée, on nous maquille, on nous habille, mais j'ai compris que ce ne serait pas un métier pour moi, le "sois belle et tais-toi" ne me convient pas. Je déteste qu'on juge les gens à partir de leur apparence ! » La jeune Hasnaâ n'a pas sa langue dans sa poche. Elle poursuit avec des métiers très différents, dans un centre d'appels, une bijouterie de luxe, une boutique.

Comme une madeleine de Proust...

Son premier souvenir du chocolat date de l'enfance. A 10 ans, sa maman lui offre une chaussure en chocolat : « Elle ressemblait à une bottine, j'ai mangé les bonbons au cacao glissés à l'intérieur, et je regardais la chaussure en me demandant comment on pouvait arriver à réaliser un objet pareil avec cette matière ? Je la trouvais magnifique ! » La cuisine ? Non, elle ne s'y met pas, préférant se régaler des petits plats des autres. « J'ai toujours été gourmande, mes sœurs et ma mère cuisinaient délicieusement ; avec elles j'ai appris à aimer les bonnes choses. »

En 2009, Hasnaâ suit son mari, graphiste, à Bordeaux. La famille s'agrandit avec Sofia puis Aya, ses deux filles. Licenciée de son poste d'assistante de direction, elle bénéficie d'une reconversion et annonce : « J'aimerais être chocolatière. » Volontaire et discrète, elle se lance. Stagiaire chez le chocolatier Saunion, elle est embauchée sans diplôme ! « Je faisais des enrobages et des décorations, je découpais aussi », dit-elle. C'est presque sur le ton de la boutade qu'un jour, Vincent, son époux, regardant l'émission MasterChef et voyant les candidats émus et heureux, lui dit : « Et pourquoi tu n'essaierais pas ? » Tope là, la candidature est postée ! La production la rappelle... « J'ai vraiment aimé l'émission, le stage chez Lenôtre était fabuleux, c'est là que j'ai commencé à comprendre les gestes en cuisine... » Pendant l'émission, elle étonne le jury et atteint la neuvième place. « J'étais contente, mais j'avoue avoir souffert loin de ma famille ! »

Une, puis deux boutiques plus tard

Le retour à Bordeaux est une véritable fête : « C'était super, j'ai senti la ville avec moi, les gens m'encourageaient et me félicitaient, comme si je les avais représentés ! »

A peine remise de tout l'amour reçu, Hasnaâ passe le CAP de chocolatier-confiseur (qu'elle décroche avec les honneurs du jury), puis monte son affaire. Sa première boutique voit le jour en 2014, la seconde en 2016. Son secret ? Etre irréprochable et choisir des cacaos premiers crus de plantations situées en République dominicaine, à Madagascar ou en Indonésie.

Ce qui la réjouit le plus : que ses filles adorent le chocolat !

Hasnaa-chocolats.fr

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0