Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique Je m'abonne : les meilleures offres S'abonner à la version numérique

Le savoir-vivre a encore de beaux jours devant lui !

HOME

Eh bien non, le savoir-vivre, ce n'est pas dépassé ! C'est même plus que jamais essentiel à une époque où nombreux sont ceux qui cherchent leurs repères.

Autrefois, on apprenait aux enfants à dire bonjour, s'il vous plaît, merci et à bien se tenir à table. A l'école, les élèves se levaient quand le professeur entrait dans la classe, et toute désobéissance pouvait être punie sans que personne n'y trouve à redire. Ces règles de bienséance étaient acceptées de tous, depuis que Napoléon avait officialisé les bonnes manières pour marquer la rupture avec la Révolution ! Puis la société a évolué. A la fin de la Première Guerre mondiale, les règles se sont assouplies, avant qu'un vent de liberté ne souffle en mai 1968, et la décision de se défaire du savoir-vivre, considéré comme un carcan. Vers le milieu des années quatre-vingts, la politesse revient au goût du jour. L' étiquette retrouve peu à peu ses lettres de noblesse...

En 1991, Nadine de Rothschild édite son premier manuel de savoir-vivre, Le bonheur de séduire, l'art de réussir : le savoir-vivre du XXIe siècle. L' ouvrage est réédité en 2001. En 2006, elle ouvre une académie, près de Genève, pour apprendre aux dames de la bonne société les règles de la bienséance et elle anime, la même année, sur M6, l'émission En voilà des manières !

Un code toujours à la mode

Aujourd'hui, de nombreux ouvrages décortiquent les usages du monde, les analysent, les commentent, et on en parle régulièrement dans les médias. Une majorité de parents reconnaît aussi l'importance de la politesse, la nécessité de bien se conduire et de respecter les autres. « J'ai appris à mes enfants à se présenter, je le fais aujourd'hui pour mes petits-enfants, nous explique Marie, 51 ans, vendeuse dans une boutique de prêt-à-porter. Le premier contact est très important dans une relation. Une poignée de main ferme, un regard qui accroche, ce sont déjà des bons points pour débuter un entretien d'embauche ou se faire de nouveaux amis. »

Si, à l'école, le savoir-vivre n'est plus inscrit dans les programmes, de nombreux enseignants l'incluent d'office au gré de la vie scolaire, rappelant les règles du bien-vivre en société, à l'occasion de sorties, de rencontres ou de réunions avec les élèves. Les règles sont alors définies par des discussions collectives et elles sont ensuite affichées sur les murs de la classe.

Un outil pour vivre en société

Si le savoir-vivre prête parfois un peu à sourire, c'est souvent que l'on a perdu son sens profond. Il va bien au-delà de simples règles. Selon Gene Ricaud-François, psychologue clinicienne, « c'est un outil essentiel pour vivre en société, une forme d'adaptabilité qui permet de maîtriser les codes des milieux que l'on fréquente, et par là même, un formidable moyen pour se construire, retrouver confiance en soi, s'épanouir et progresser. » On peut se construire grâce à ces codes, car on développe ce qui préexiste en nous et que nous ne laissons pas forcément s'exprimer. « J'étais quelqu'un de très timide, se souvient Sonia, 47 ans, mère au foyer à Melun (Seine-et-Marne). En apprenant à dire bonjour aux gens que je croisais, j'ai aussi appris à m'intéresser à eux, à prendre des nouvelles de leurs vies et à être plus ouverte aux autres. Ma timidité a presque disparu aujourd'hui. » En se laissant guider par ces règles, on peut ainsi engager une conversation et la poursuivre.

Un échange harmonieux avec les autres

Etre courtois, c'est aussi vivre en harmonie avec les autres. « Quand on n'a pas le sentiment de subir ces règles, mais qu'on les applique parce que cela correspond à la vie à laquelle on aspire, on gagne en estime de soi et on se sent mieux dans sa peau », souligne la psychologue. Elle ajoute : « Vivre ensemble devient alors un plaisir et une chance en donnant à chacun la possibilité de créer et de se réaliser, d'être heureux et de pouvoir être utile aux autres. »

Pauline, 35 ans, est serveuse à Lille. Elle a suivi un séminaire sur les bonnes manières, le temps d'un week-end. « J'ai pu tester les bienfaits des codes appris lors de ce stage, témoigne la jeune femme. Je s ais ce qu'il faut faire et à quel moment. Je ne me sens plus différente des autres et je sais maintenant réagir rapidement et comme il le faut. En retour, cela me vaut souvent des compliments qui me font chaud au cœur. »

Les trois fondamentaux : saluer, s'excuser et remercier

En outre, Gene Ricaud-François a mis en lumière les trois gestes principaux du savoir-vivre : saluer, s'excuser et remercier. Ils sont indispensables, car ils permettent de mettre en place un espace de vie plus agréable. « Dire bonjour est le premier signe clair de reconnaissance de l'autre », insiste la psychologue. « J'adore la résidence dans laquelle je vis, explique Françoise, 64 ans, enseignante à la retraite. Tout le monde se salue, on a l'impression de faire partie de la même tribu, d'exister socialement à travers le regard des autres. C'est important pour moi, surtout depuis que je ne travaille plus. »

Il est très important également de savoir s'excuser. C'est une manière de réparer, même si ce n'est pas toujours facile. Annick, 57 ans, secrétaire de direction, s'est aperçue après plusieurs mois qu'elle avait eu des mots malheureux envers une amie. Alors, elle a décroché son téléphone pour lui demander de l'excuser : « Ce fut un coup de fil salutaire, car il y avait un quiproquo, et mon amie était remontée contre moi. Nos relations sont revenues au beau fixe. »

Quant à remercier, c'est reconnaître à la fois le don et la personne qui vous l'offre. Mais ces trois piliers du savoir-vivre s'inscrivent avant tout dans le non-verbal, dans nos gestes. D'abord, il y a la posture, aussi droite que possible tout en restant détendue, le regard franc et bienveillant. Enfin, il y a l'écoute, celle qui rend vraiment attentif aux propos de l'autre.

3 livres pour aller plus loin

- Tiens-toi droit(e) ! Épanouissez-vous grâce au savoir-vivre, de Gene Ricaud-François, éd. Leduc.s, 17 €.

- Les 50 règles d'or du savoir-vivre, de Sabine Denuelle, éd. Larousse, 3,50 €.

- Le savoir-vivre pour les nuls, de Laurence Caracalla, éd. First, 23,95 €.

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0