Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Les cahiers de vacances, pour ou contre ?

enfants-devoirs

Comme chaque été, le débat des cahiers de vacances fait rage. Parmi les familles, on retrouve celles pour qui une étude régulière est primordiale, afin de mieux appréhender la scolarité, et les anti qui partent du principe qu’il faut laisser les enfants un peu tranquille, ces derniers n’ayant pas besoin d’être occupés par des « corvées » de façon permanente. Où nous situer alors, pour démêler le vrai du faux ?

Dans un premier temps, restons lucide ! Les cahiers de vacances, au-delà de leur valeur pédagogique, ont surtout le don de rassurer les parents. Conseillés par les écoles elles-mêmes car « il ne faut pas perdre les bonnes habitudes de l’année scolaire », ils sont surtout dotés d’un contenu qui survole le programme plutôt qu’il ne l’approfondit. Ce n’est pas un reproche d’ailleurs, bien au contraire. Ils présentent ainsi une approche légère voire amusante, puisque les pages se terminent régulièrement par des jeux. Mais est-ce vraiment un passage obligé pour tous les élèves ? Rien n’est moins sur. S’ils peuvent être attrayants, il semblerait que ce ne soit pas une fin en soi pour rattraper, par exemple, un mauvais niveau en classe. On évitera donc de les porter aux nues.

Pour le reste, il n’y a aucune raison de craindre ces cahiers outre-mesure. Leur but est de rappeler aux plus jeunes qu’il faut travailler, ne serait-ce qu’un peu, durant la période estivale. On opte alors pour les commencer 2 à 3 semaines avant la rentrée, histoire de remettre progressivement les enfants dans l’ambiance. Inutile de les forcer le reste du temps. L’idée n’est pas qu’ils aient l’impression d’une torture, comme c’est souvent le cas. Il faut leur montrer qu’on peut travailler oui, mais de façon raisonnable et constante. Gâcher leurs vacances n’est en aucun cas la solution.

Car c’est bien là ou le bât blesse. Beaucoup de familles ont tendance à trop appuyer l’aspect « études » en vacances. Et si cela part d’une bonne intention, le risque de bloquer les enfants n’est pas moindre. En réalité, avoir tout le temps des contraintes et les parents sur le dos ne favorise pas leur besoin (nécessaire) d’autonomie. Est-ce que ces heures de travail les aideront vraiment à revoir leur programme scolaire pour ne pas l’oublier ? Seront-ils assez motivés ? Il reste de gros doutes à ce sujet. Bien souvent, les enfants obéissent pour faire plaisir aux parents mais sans grande conviction. En ce sens, ces heures passées à contre-cœur et ces cahiers jamais finis apparaissent plutôt comme contre-productifs.

Il faut que ce soit une demande : certains auront envie de cahiers de vacances et y verront même un aspect ludique. Dans ce cas, on saute sur l’occasion. Et on prend bien soin de cacher les corrigés car les jeunes sont malins ! Pour les autres, pas de panique. Il existe de nombreuses façons d’occuper un enfant durant l’été. Du bricolage aux visites en passant par les jeux de société, on éveille ses aptitudes manuelles et intellectuelles au quotidien. Force est de reconnaître que c’est bien plus enthousiasmant que se retrouver encore, à l’instar du restant de l’année, face à des pages à étudier ! Le but de toutes ses activités est de développer l’envie et la motivation. Autant de facteurs qui aideront les plus petits à maintenir leur attention focalisée, et tant pis si cela ne suit pas exactement le programme scolaire.

On l’aura compris, il n’y a pas de « pour » ou « contre » les cahiers de vacances ; seulement la responsabilité des parents de bien comprendre leurs enfants et s’adapter en fonction de chacun d’eux. En revanche, ne rien faire du tout n’est pas la solution. Que l’on choisisse de faire travailler les jeunes par le biais des cahiers ou de notre propre initiative, il est essentiel de leur trouver des activités qui captent leur attention et développent leurs facultés, pourvu que ce soit récréatif et varié. En d’autres termes, réviser oui, mettre la pression non !

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0