Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Michel Delpech : 6 chansons qui nous ont marqué

Michel Delpech
Michel Delpech

Le 2 janvier 2016, Michel Delpech nous quittait des suites d'un cancer. TMC lui rend hommage dans un documentaire retraçant sa vie : Michel Delpech : quand j'étais chanteur. L'occasion de se remémorer six chansons incontournables du chanteur.

La mort de Michel Delpech en a 2016 marqué le début d'une longue série de décès de personnalités : Michel Galabru, David Bowie, René Angélil, Prince... Cinq mois après la disparition du chanteur de « Chez Laurette », TMC diffuse un reportage inédit sur celui qui a enchaîné succès sur succès dans les années 70. Retour sur six de ses tubes inoubliables.

1965 : Chez Laurette

Le chanteur a 19 ans lorsque sort « Chez Laurette », mais il n'en avait que 17 quand il l'a écrite. Le chanteur y évoque les souvenirs d'un bistrot. La chanson devient très vite un succès, qui accompagne tous les bals de l'été 1965. Un tube dans lequel se retrouvent les jeunes de l'époque, comme le confie Didier Barbelivien : « Il résume la vie des adolescents de l'époque. On avait tous une Laurette quelque part ».

1969 : Wight is Wight

Quatre ans après son premier single, Michel Delpech sort « Wight is Wight ». La chanson rend hommage au festival de l'île de Wight (Angleterre), version européenne du célèbre festival de Woodstock (Etats-Unis). Pourtant, l'expliquait Michel dans une interview : « Je ne savais pas en écrivant la chanson qui était dans le festival de Wight ». "Wight is Wight" est le deuxième succès du jeune chanteur, qui apparaît comme la star montante de la chanson française.

1971 : Pour un flirt

« Pour un flirt » marque un tournant dans la carrière de Michel Delpech puisqu'elle le place au rang d'idole. La chanson ne séduit pas que la France. L'Allemagne de l'ouest, l'Autriche, Le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Suisse et les autres pays francophones tombent sous le charme de ce titre entêtant, qui prône un nouveau romantisme dans l'après mai 68. Un succès qui a beaucoup surpris le chanteur : « J'étais stupéfait que les gens se jettent dessus. Je ne voyais pas l'impact du morceau. [...] Je me disais que tout le monde se trompe et puis finalement, cela a explosé de partout dans les charts. »

1973 : Les divorcés

L'année 73 est une épreuve pour Michel Delpech. Le chanteur se sépare de sa femme, Chantal Simon, avec qui il a eu deux enfants. Il décide de parler de son expérience dans « Les divorcés », où il évoque avec douceur les affres du divorce. Une chanson ironique sur le thème du divorce par consentement mutuel. Un sujet encore tabou à l'époque comme l'explique Michel : « La presse nous accusait de démagogie, qu'un divorce ce n'était jamais comme ça, que c'était forcément « à coups de poing » que cela finissait ». Mais le chanteur a vu juste puisque que dans ans plus tard, la loi française autorise le divorce par consentement mutuel.

1975 : Quand j'étais chanteur

Michel Delpech sort « Quand j'étais chanteur » alors qu'il est au sommet de sa carrière. Ce titre - initialement prévu pour Elvis Presley mais celui-ci décède - raconte la mélancolie d'une ancienne vedette de la chanson aujourd'hui à la retraite. Michel Delpech chante : « Ma pauvre Cécile, j'ai soixante-treize ans. J'ai appris que Mick Jagger est mort dernièrement. J'ai fêté les adieux de Sylvie Vartan. » Autant d'événements qu'il ne vivra pas puisqu'il n'avait que 69 ans quand la maladie l'a emporté.

« Quand j'étais chanteur » est aussi le titre d'un film avec Gérard Depardieu et Cécile de France, qui raconte l'histoire d'Alain un chanteur de bal « mondialement connu à Clermont-Ferrand » qui rencontre et tombe amoureux de Marion, une agent immobilier.

1977 : Le Loir-et-Cher

« Le Loir-et-Cher » est sans aucun doute LE plus gros tube de Michel Delpech. Originaire de la région, même s'il a grandi à Courbevoie, en Ile-de-France, Michel s'inspire de ses souvenirs d'enfance pour écrire la chanson. Il y parle avec humour des rapports difficiles entre les habitants de la ville et de la campagne, à travers les reproches que lui font les paysans dans le titre : « On dirait que ça te gêne de marcher dans la boue,on dirait que ça te gêne de dîner avec nous ». Des paroles qui ne reflètent pas du tout les sentiments du chanteur, qui était très attaché à cette région, mais qui ont touché sa famille. « Une sorte de fossé s'est creusé entre nous, dit-il, Ils ne savaient pas trop quoi penser de tout ça ».

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0