Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Mireille et sa troupe racontent la peste en Provence en 1720

Ces bénévoles qui font revivre l'histoire

Tout au long de l'été, les spectacles historiques se multiplient partout en France, portés par des milliers de bénévoles. Comme eux, à La Ciotat, Mireille Benedetti, 62 ans, a composé une fresque au succès phénoménal, qui dure sur plusieurs jours et fête cette année ses quinze ans.

La passion de la mise en scène, Mireille l'a, semble-t-il, toujours eue en elle. Ses parents aiment ainsi à raconter qu'elle a monté ses premières pièces dès l'âge de 8 ans, rassemblant ses camarades d'école ou des enfants rencontrés pendant les vacances. Quelques années plus tard, Mireille entre au lycée, mais intègre en parallèle le conservatoire d'art dramatique de Marseille. Ce qui lui confirme qu'elle est faite pour les planches. Pourtant, cette vocation restera longtemps un loisir. « Je jouais pour le plaisir, j'animais beaucoup de fêtes, se souvient-elle. Une carrière dans le tourisme culturel m'a vite happée, m'obligeant à délaisser un peu le théâtre. » Mireille devient aussi maman de trois petites filles aux âges rapprochés et s'arrête de travailler quelques années. A 25 ans, elle reprend la direction d'un centre de vacances en Haute-Savoie, puis s'associe au syndicat d'initiative local pour animer des fêtes.

Si elle officie alors dans des centres sociaux et culturels, ou encore dans des organismes de formation, Mireille s'investit aussi comme jamais dans des activités associatives. « Je ne l'ai jamais fait pour en vivre, mon but était de partager mes centres d'intérêt et d'aider les autres. C'est de cette richesse et de ce partage que sont nés la plupart de mes spectacles », explique-t-elle. Son retour à la mise en scène proprement dite s'amorce en 1995. Directrice d'un institut de formation professionnelle, elle a l'idée de monter un spectacle son et lumière en vue de l'an 2000. Un travail pédagogique en quelque sorte !

En effectuant des recherches au musée de La Ciotat avec ses élèves, elle découvre l'épisode de la grande peste qui ravagea la Provence en 1720, mais qui épargna miraculeusement la cité ciotadenne.

Un premier spectacle voit le jour

Une véritable révélation. Mireille en est convaincue, elle tient le fil conducteur de son scénario ! « Malheureusement, nous nous sommes heurtés à un manque de moyens financiers et humains. Le spectacle n'a pas pu se faire à la date prévue », regrette-t-elle. Qu'à cela ne tienne, la metteur en scène improvisée ne se décourage pas et repart en quête de financements, tentant aussi de mobiliser davantage de bénévoles. C'est en 2002, finalement, que sa création voit le jour, avec une centaine de participants. Déjà, Mireille est ambitieuse, elle veut faire les choses en grand.

Elle ne s'arrête pas sur l'impression émouvante que lui procure cette prestation. Elle retire surtout de ce premier succès l'irrésistible envie d'aller plus loin : « J'étais persuadée que cela pouvait devenir un événement fédérateur, qui permettrait aux Ciotadens de se réconcilier avec leur histoire. »

L'événement historique devient une grande histoire

Mireille adhère alors à la Fédération française des fêtes et spectacles historiques* : grâce à l'expérience de la fédération et au label qualité obtenu, la séquence imaginée par la metteur en scène devient une grande histoire. Un atelier de costumes est créé. Des bénévoles affluent, ils proposent leurs services comme comédiens ou apportent leurs compétences manuelles. Le spectacle se transforme en un festival historique d'envergure** qui dure désormais deux jours et demi et se compose d'une reconstitution son et lumière, d'une chasse au trésor, d'une procession, mais aussi de nombreuses parades... « En quinze ans, nous sommes passés d'un petit groupe de quinze volontaires à six cents bénévoles, raconte Mireille. Chaque habitant ou presque s'est engagé, ainsi que sa famille, dans cette aventure. Nous sommes tous animés par le désir de faire vivre l'histoire de notre ville. Un scénario de rêve qui a dépassé mes espérances. »

Une belle aventure, partagée avec tous ses proches

Mireille a montré l'exemple : elle qui dirige l'ensemble de cette gigantesque troupe a commencé... par enrôler ses proches ! Son mari, menuisier de formation, travaille aux décors. Ses trois filles dirigent respectivement l'association qui préside à l'événement, la taverne (source de revenus lors du festival) et la ferme pédagogique (une des nombreuses animations liées à l'initiative). Ses six petits-enfants, enfin, jouent depuis qu'ils sont bébés. « Pour moi, c'est un vrai bonheur de partager cette aventure en famille. Ce spectacle, c'est une grosse partie de ma vie, ce qui fait mon identité. Le transmettre à mes enfants, c'est leur laisser une grosse part de moi-même, de mes valeurs. » Mireille est aujourd'hui metteur en scène à part entière : cette fresque historique, ainsi que d'autres productions menées parallèlement, lui laissent peu de temps libre. Un millier de bénévoles et professionnels, travaillent aujourd'hui sur cet événement, qui attire jusqu'à 100 000 visiteurs chaque année. « Je n'avais pas prévu que ce festival accroîtrait ainsi le rayonnement de la Provence, confie Mireille, heureuse. Aujourd'hui, il constitue une part importante des ressources touristiques de la région, ce dont je suis très fière. »

* FFFSH : infos sur Fffsh.eu et au 09.50.30.60.67.

** Le festival Il était une fois 1720... La Ciotat : les 20, 21 et 22 octobre prochains à La Ciotat. Plus d'informations au 06.65.27.84.39 ou sur www.festival1720.eu 

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0