Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Plus de 3 noyades par jour en été

Chaque été 436 noyades sont recensées en France, soit 3 à 4 par jour.

L'arrivée des beaux jours peut très vite virer au cauchemar. En ce mois de juin, la série noire a déjà repris son cours : un bébé noyé dans une piscine privée dans le Morbihan, un adolescent dans une rivière nantaise, un homme de 48 ans à marée haute en Vendée...A chaque âge et en tout lieu, les facteurs de risque sont nombreux. En France, 3 à 4 personnes meurent de noyade chaque jour en été*. Faisons le point sur les réflexes à adopter afin de prévenir le danger.

A la plage, privilégiez les zones surveillées

En mer, préférez les zones de baignade surveillées. En cas de problème, des secouristes seront prêts à intervenir au plus vite. Bannissez les plages interdites ! Le rivage a beau paraître paradisiaque, s'il présente un drapeau rouge, ce n'est pas sans raison. Le courant, la marée, les berges glissantes...ne vous y aventurez pas. Une fois pris au piège, il est souvent trop tard pour revenir en arrière. Selon une étude publiée par Santé Publique France, le courant et la chute représentent les premières causes de noyades chez les 13-44 ans.

La météo est aussi un facteur de risque !

Il arrive que les conditions météorologiques ne soient pas propices à la baignade. A la mer, il est important d'en tenir compte ! Le vent provoque d'importantes vagues, qui peuvent facilement vous éloigner de la côte. L'idéal est de vous fixer un point de repère sur le rivage lors de vos baignades. Ainsi, vous ne laisserez pas les courants vous égarer.

Veillez à être dans de bonnes conditions physiques

Si vous vous sentez faible, ou ressentez un quelconque trouble physique, ne vous baignez pas seul. Les noyades ne concernent pas seulement les enfants : chez les plus de 45 ans, l'accident est dû, une fois sur deux, à un problème de santé (épilepsie, malaise vagal ou cardiaque). Ne surestimez jamais votre forme physique et prévenez au moins une personne avant d'aller nager.

Halte à l'hydrocution !

L'hydrocution ou choc thermique peut survenir lorsque la différence entre la température extérieure et celle de l'eau excède dix degrés. Concrètement, après une longue sieste au soleil, plonger d'un seul coup dans une piscine peut générer ce type de malaise. Le thermostat de votre corps n'aura pas eu le temps de se réguler. Cette perte de connaissance peut déboucher sur une noyade. Pour écarter tout risque de choc thermique, entrez progressivement dans l'eau et prenez soin d'humidifier la nuque, le visage et le dos, pour habituer petit à petit votre corps à la température.

Alcool et baignade ne font pas bon ménage !

La saison estivale est souvent synonyme de « vacances », impliquant tout excès : soirées entre amis, cocktails désaltérants, apéritifs au bord de l'eau... Méfiance ! L'alcool est un important facteur de risque pour la noyade, quel que soit votre âge. Même en buvant peu, vous aurez tendance à surestimer vos capacités et à être moins prudent. En période de forte chaleur, l'effet de l'alcool est plus accentué et votre corps a plus de mal à l'éliminer.

Avec les enfants, une surveillance drastique s'impose

Chez les enfants de moins de 13 ans, on recense 55% des noyades dues à un manque de surveillance. Accidents qui auraient pu être évités dans une majorité de cas. Ne laissez jamais les enfants seuls dans l'eau. Le temps de vous préparer un café, l'irréparable peut arriver. Rappelons aussi que les matelas pneumatiques ou tout autre accessoire aquatique ne protègent pas de la noyade. Ce ne sont que des jouets. « Toute masse d'eau représente un risque, souligne le Dr Etienne Krug**. La noyade est un accident de la vie quotidienne qui peut survenir dans une piscine, un étang, un cours d'eau ou encore une baignoire. Compte tenu de ce que nous savons en matière de prévention, il est inacceptable que des centaines de personnes perdent la vie de cette façon chaque année ».

*Selon l'enquête « Noyades » publié par Santé Publique France (2015)

**Dr Etienne Krug, directeur du Département Prise en charge des maladies non transmissibles, handicap et prévention de la violence et des traumatismes de l'OMS.

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0