Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Remontées acides, lumbagos... Ils n'empoisonneront plus vos nuits !

HOME

Ponctuels ou chroniques, la douleur et l'inconfort peuvent déclencher des insomnies dont il est parfois difficile de venir à bout. Notre spécialiste nous explique comment conserver un sommeil de qualité en toutes circonstances.

Le 18 mars dernier, à l'occasion de la Journée mondiale du sommeil, l'Institut national du sommeil et de la vigilance a rappelé à quel point il était important de ne pas laisser les nouvelles technologies empiéter sur nos précieuses heures de repos et de récupération. En effet, absorbés par les écrans, nous sommes de plus en plus nombreux à moins bien dormir. Une cause d'insomnies contre laquelle il est pourtant relativement facile de lutter, contrairement à celles dues à la maladie et aux douleurs chroniques. Certaines pathologies ont en effet des conséquences sur le sommeil. Et c'est un cercle vicieux : plus on est fatigué, plus il est difficile de supporter la douleur. Vo ici six astuces pour retrouver les bras de Morphée.

1 Reflux : gardez le haut du corps surélevé

Même s'il est le plus souvent sans gravité, le reflux gastro-oesophagien (RGO) est particulièrement inconfortable en position couchée : les remontées acides du contenu de l'estomac dans l'œsophage provoquent des brûlures et des douleurs parfois jusque dans la gorge. Pour soulager un RGO, parallèlement aux traitements mis en place par le médecin, il est indispensable de revoir ses habitudes de vie. Il faut notamment dormir en gardant le haut du corps surélevé, dans l'idéal sur le dos, sinon sur le côté. Pour respecter un angle d'au moins 30 °, le mieux consiste à dormir avec deux ou trois oreillers relativement mous, afin de réussir à adopter la position la plus confortable possible. Autre précaution primordiale : respecter un délai d'au moins deux heures entre la fin du repas et le coucher. Attention également aux tenues de nuit qui pourraient comprimer l'abdomen, aux plateaux télé avalés plié en deux sur le canapé, aux menus trop riches, aux épices, au café, aux boissons gazeuses et, bien sûr, à l'excès d'alcool.

2 Douleurs au dos, au cou : essayez plusieurs positions

Que l'on souffre d'une sciatique, d'un lumbago, d'un torticolis ou encore d'arthrite, la douleur est parfois telle qu'elle empêche de fermer l'œil. Quand elle ne provoque pas des réveils tout au long de la nuit ! Il faut donc essayer plusieurs positions avant de trouver celle qui convient le mieux : sur le côté, sur le dos, avec ou sans oreiller... Et quand c'est trop compliqué, l'aide d'un ergothérapeute peut s'avérer très utile. Dans tous les cas, le mieux-être ne passe pas par la prise de somnifères, mais par la prise d'antalgiques ou d'anti-inflammatoires adaptés à la pathologie.

3 Impatiences dans les jambes : réaménagez votre chambre

Le syndrome des jambes sans repos, plus connu sous le nom d'impatiences, perturbe fortement les nuits : l'immobilité provoque des fourmillements, des brûlures, des démangeaisons, voire de petites décharges électriques dans les mollets et les cuisses. La position dans laquelle on se trouve n'a malheureusement aucun impact sur l'apparition de ces symptômes. La seule solution pour diminuer la gêne consiste en fait... à bouger. D'où l'utilité d'aménager son lit et sa chambre de façon à pouvoir se lever facilement sans tomber, se cogner ou déranger son conjoint. Pour cela, pensez à garder une lampe de poche sur votre table de nuit, enlevez les tapis au sol, troquez votre grande couette contre deux petites couettes individuelles... Et bien entendu, parlez-en à votre médecin traitant. La prise de médicaments, ou certaines pathologies du type diabète peuvent, par exemple, expliquer ces impatiences.

4 Nez complètement bouché : installez un humidificateur

Avoir le nez bouché à cause d'un rhume, c'est pénible, surtout en position allongée. Heureusement, cela ne dure jamais bien longtemps. Quand l'obstruction nasale est permanente (sinusite chronique, allergies, hypertrophie des végétations, déviation de la cloison nasale...), c'est en revanche beaucoup plus embêtant. Elle peut alors fortement impacter les nuits, notamment en aggravant des apnées du sommeil. Le mieux est alors de dormir sur le dos ou sur le côté, le haut du corps relevé à 30 °, à l'aide d'oreillers. Maintenir dans la chambre un taux d'humidité aux alentours de 55 %, au besoin à l'aide d'un humidificateur, est également très important.

5 Syndrome du canal carpien : portez une attelle

Mal typiquement féminin puisque favorisé par la grossesse ou encore la ménopause, le syndrome du canal carpien correspond à la compression du nerf médian lors de son passage dans le canal carpien, au niveau du poignet. Il se manifeste par un engourdissement des trois premiers doigts de la main, des fourmillements, voire des douleurs et une perte de sensibilité en l'absence de traitement. Les troubles ont tendance à s'accentuer la nuit : difficile durant son sommeil de surveiller la position de ses poignets. Le mieux est alors de porter une attelle afin de maintenir la main et ainsi de soulager la pression sur le nerf.

6 Intestins sensibles : dormez sur le ventre, un genou relevé

Les troubles fonctionnels intestinaux touchent près d'une personne sur cinq. S'ils sont bénins, ils n'en demeurent pas moins extrêmement pénibles à vivre, puisqu'ils associent douleurs abdominales, troubles du transit (diarrhée, constipation, ou alternance des deux) et ballonnements abdominaux (en association ou en alternance). Si, comme pour certains malades, la gêne est parfois telle qu'elle vous empêche de fermer l'œil, dormez sur le ventre, un genou légèrement relevé. La pression ainsi exercée sur vos intestins peut vous soulager. Mais attention : sur le ventre, essayez de vous passer d'oreiller ou choisissez-en un très fin pour ne pas exercer une tension excessive au niveau de votre nuque.

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0