Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Tension artérielle: comment limiter les dégâts

HOME
HOME

Alors qu'elle fait courir des risques au cœur, aux artères, aux reins et au cerveau, la moitié des personnes qui souffrent d'hypertension artérielle l'ignorent. Comment la surveiller, la prévenir, la traiter ?

Au quotidien, l'hypertension n'occasionne pas de gêne particulière, en général. Pourtant, cette maladie silencieuse est la première cause d'accident vasculaire cérébral (AVC), provoque des infarctus du myocarde, des insuffisances cardiaques et rénales, abîme les yeux, favorise les démences... Jusqu'à la ménopause, les femmes sont relativement protégées par leurs hormones, mais ensuite, le nombre d'hypertendues rejoint celui des hommes. Quoi qu'il en soit, c'est à tout âge qu'il faut se montrer vigilante et faire en sorte que la pression artérielle reste en dessous du seuil de 14/9.

Se faire contrôler au moins une fois par an

Pour une surveillance optimale, le mieux est de faire prendre votre tension par un médecin, au moins une fois par an, de préférence en dehors des périodes de maladie, qui peuvent influencer les chiffres. Votre tension dépasse 14/9 lors de la consultation ? Pas d'inquiétude, mais le médecin devra vous la reprendre. Ce n'est qu'après avoir enregistré au repos une tension supérieure à cette norme, à trois reprises, qu'il vous considérera comme hypertendue et vous proposera la prise en charge la mieux adaptée. Si l'autosurveillance à domicile peut aussi avoir son intérêt, elle se discute au cas par cas. N'investissez pas dans un appareil de mesure sans avoir demandé l'avis de votre médecin.

Adopter des règles d'hygiène de vie

Qu'il s'agisse de prévenir ou de traiter l'hypertension artérielle, les conseils sont les mêmes : bougez davantage, mangez plus équilibré, perdez du poids si votre indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 25. Côté activité physique, si vous êtes sédentaire, ne vous lancez pas sans avoir fait un bilan avec votre médecin et allez-y progressivement. L' idéal serait de parvenir à faire trois fois par semaine trente à quarante-cinq minutes de sport (footing, natation, vélo...). Mais marcher tous les jours une trentaine de minutes, jardiner, prendre les escaliers est déjà un bon début. Côté assiette, privilégiez les fruits et les légumes frais, les céréales complètes, les légumineuses, le poisson, les viandes blanches. Attention aux graisses cachées et au sel. Pour éviter toute tentation, ne mettez pas de salière à table, oubliez le pain blanc, diminuez votre consommation de charcuterie, de fromages et méfiez-vous des préparations industrielles, y compris celles au goût sucré. Parallèlement, il est essentiel de diminuer votre consommation d'alcool et d'arrêter la cigarette. Même si le tabagisme ne provoque pas l'hypertension, il met à mal votre système cardiovasculaire déjà sursollicité. Enfin, adoptez des stratégies contre le stress (la sophrologie, le yoga, les techniques pour contrôler sa respiration).

Prendre son traitement tous les jours

Si vous ne présentez pas de facteurs de risque (tabagisme, diabète, surpoids, cholestérol, antécédents cardiovasculaires familiaux...), le médecin peut décider d'attendre trois à six mois avant de vous prescrire un traitement antihypertenseur. L'adoption de mesures hygiéno-diététiques suffit parfois à retrouver une tension normale.

S'il estime nécessaire de vous prescrire d'emblée un antihypertenseur, cela ne vous dispense pas de surveiller votre alimentation et de bouger. Il n'est pas toujours facile de prendre un ou plusieurs comprimés au quotidien, mais les antihypertenseurs donnent de très bons résultats. N'hésitez pas à parler avec votre médecin des éventuels effets secondaires ressentis (vertiges, sécheresse buccale, somnolence...). Il faut parfois tâtonner quelques mois avant de trouver le traitement adéquat, mais cela en vaut la peine.

Merci au Pr Jean-Philippe Baguet, cardiologue, membre du conseil d'administration de la Société française d'hypertension artérielle.

 

A quoi renvoient les deux chiffres de la pression artérielle ?

La tension artérielle reflète la pression du sang dans les artères. Les appareils mesurent cette pression en millimètres de mercure (mmHg). Pour des raisons de facilité, on l'exprime en centimètres de mercure. Une tension de 12/8 équivaut à 120 mmHg/80 mmHg. Le premier chiffre, le plus élevé, correspond à la pression du sang lorsque le cœur se contracte et se vide (phase de systole). Le second chiffre correspond à la pression du sang lorsque le cœur se relâche et se remplit (phase de diastole).

Faites un tour sur Comitehta.org

Le site du Comité français de lutte contre l'hypertension artérielle regorge de tests, de livrets d'information à télécharger, de témoignages de patients... C'est une aide précieuse au quotidien.

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0