Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Transpiration excessive: comment éviter ses inconvénients ?

HOME

Notre corps a besoin de transpirer, c'est un gage de santé, alors pas question de l'en empêcher. Suivez les conseils de la naturopathe Natacha Gunsburger pour éviter auréoles et odeurs.

Même si elle peut nous gêner, surtout aux beaux jours, la transpiration a du bon puisqu'elle assure trois fonctions essentielles. Elle régule la température de l'organisme pour qu'elle se maintienne autour de 37 °C. Mélangée au sébum, elle forme un film hydrolipidique à la surface de la peau, permettant à cette dernière de rester bien hydratée et de garder un pH acide pour mieux se défendre contre les bactéries. Enfin, elle facilite l'évacuation de nombreux déchets. Ce processus physiologique est donc naturel et nécessaire pour se détoxiquer au quotidien. « Si la transpiration est bloquée artificiellement avec des déodorants antitranspirants, les toxines sont moins bien éliminées et doivent être prises en charge par d'autres organes comme le foie ou les reins, qui risquent alors d'être surchargés de travail », explique Natacha Gunsburger. Heureusement, il existe des alternatives.

Démasquez le coupable

Un problème de santé. Quand la production de sueur s'emballe, plutôt que d'essayer de la stopper à tout prix, mieux vaut chercher l'origine du problème et le traiter, au besoin en consultant son médecin. Une transpiration excessive peut en effet être le symptôme d'un dérèglement thyroïdien, d'une faiblesse au niveau des reins ou encore d'un diabète non diagnostiqué. Elle va aussi souvent de pair avec le surpoids.

Le stress. Pour le réguler et ainsi éviter des suées incommodantes, buvez régulièrement une infusion relaxante composée d'un mélange à parts égales de passiflore, de tilleul, de lavande et de verveine odorante. Et quand la pression commence à trop monter, déposez deux ou trois gouttes d'huile essentielle de lavande vraie ou d'orange douce sur un mouchoir, fermez les yeux et inspirez profondément ce doux parfum.

La ménopause. Pour limiter les bouffées de chaleur et la transpiration qui les accompagne parfois, consommez régulièrement une tisane de pétales d'aubépine. Cette plante peut être prise sur de longues périodes sans risque de toxicité ni d'accoutumance. Mais demandez un avis médical si vous prenez un traitement contre les troubles cardiaques ou si vous êtes sujette à l'hypotension.

Changez vos habitudes

- Utiliser le bon savon. Il faut bien entendu se laver les aisselles et les pieds tous les jours avec une base lavante douce. Même si elle est bio, vérifiez dans la liste des composants qu'elle ne contient pas d'Ammonium Lauryl Sulfate, ce tensioactif étant très irritant. Évitez surtout les savons classiques : leur pH basique ne respecte pas le pH naturellement acide de la peau et il peut déséquilibrer le film hydrolipidique, favorisant ainsi l'apparition des mauvaises odeurs. Mieux vaut aussi se raser ou s'épiler : les poils retiennent l'humidité, qui elle-même favorise la prolifération bactérienne et donc les effluves déplaisantes.

- Passer au déodorant bio. Les déodorants antitranspirants traditionnels posent plusieurs problèmes. Non seulement ils bloquent la transpiration en resserrant les pores de la peau mais les composés utilisés, les sels d'aluminium, sont suspectés d'être cancérigènes. Une étude suisse publiée en 2016 a de nouveau mis ce risque en évidence. Par ailleurs, des tests* indiquent que plusieurs marques contiennent du propylparabène et du cyclopentasiloxane, connus comme étant des perturbateurs endocriniens. La pierre d'alun, longtemps considérée comme une bonne alternative aux déodorants à base de sels d'aluminium, en contient elle aussi, même si c'est dans des proportions moindres. Mieux vaut donc par précaution ne pas l'utiliser, qu'il s'agisse de pierre d'alun naturelle (potassium alum) ou de pierre d'alun synthétique (ammonium alun). Pour avoir un maximum de garanties sur la composition de son déodorant, le mieux est encore de le préparer soi-même ou de se tourner vers des déodorants certifiés écologiques et biologiques. Ils n'empêchent pas la transpiration mais absorbent l'humidité et réduisent la prolifération des germes responsables des mauvaises odeurs.

- Faire du sport. Cela peut sembler paradoxal mais pratiquer régulièrement une activité physique, surtout s'il s'agit d'un sport d'endurance (footing, vélo, natation), permet de réguler petit à petit la production de sueur.

- Limiter certains aliments. Consommés en excès, certains produits favorisent les fortes odeurs corporelles. Attention donc à ne pas abuser des protéines animales (viande, œuf, poisson), des condiments (ail, oignon...), des épices (poivre, piment, curry...) ou encore des excitants (café, sodas, alcool, chocolat).

- Choisir le bon textile. Pour permettre à votre peau de respirer normalement, évitez les vêtements trop serrés et les textiles synthétiques. Préférez les matières naturelles comme le bambou, le chanvre ou le lin. Ou les nouvelles matières recyclées respirantes type Polartec, Tencel, Gore-Tex, etc.

* Réalisés en 2015 par l'UFC-Que Choisir.

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0