Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Trembler, c'est grave ?

HOME

Le plus souvent, les tremblements sont passagers et sans gravité. Mais s'ils surviennent sans raison et persistent, il faut consulter.

Contractions musculaires involontaires et rythmées, les tremblements ont des causes très diverses. Quand ils impactent la vie quotidienne (difficultés à remplir un formulaire, à se servir à table...) ou surviennent après la prise d'un médicament, un rendez-vous chez son médecin traitant s'impose. Si besoin, ce dernier prescrira des examens complémentaires et orientera son patient vers un neurologue, afin de préciser le diagnostic, de mettre en place un traitement adapté et de soulager les symptômes.

Rien de plus normal, si vous frissonnez...

Quand il fait froid. Il est tout à fait naturel de grelotter quand le thermomètre chute : les muscles s'activent et se contractent pour générer de la chaleur et permettre à l'organisme de maintenir une température constante.

Quand vous êtes anxieux. Face à une situation stressante, le système nerveux envoie des signaux au corps pour qu'il soit prêt à affronter un danger potentiel, même s'il ne s'agit que de prendre la parole en public. Entre autres réactions, des tressaillements...

Quand vous buvez trop de café. Une consommation trop importante de café, de thé, de sodas caféinés, voire, pire, de boissons énergisantes, peut se solder par des tremblements. La dose tolérée varie beaucoup d'un individu à l'autre. Néanmoins, l'Agence européenne de sécurité des aliments recommande de ne pas dépasser 400 milligrammes de caféine par jour (soit quatre grandes tasses de café ou cinq à six expressos par jour).

Mais dans ces cas-là, consultez...

Les tremblements de repos. Lents et réguliers, ils surviennent uniquement au niveau des bras, des mains et de la mâchoire inférieure, alors que vous êtes immobile et que vos muscles ne sont pas sollicités. Ce sont peut-être l'un des symptômes de la maladie de Parkinson. Cette pathologie neurologique se caractérise, en effet, par l'association de tremblements, d'une hypertonie (raideur/rigidité des membres) et d'une akinésie (lenteur dans l'initiation des mouvements).

Les tremblements intentionnels. Ils surviennent uniquement lors des mouvements volontaires, comme, par exemple, porter un verre à ses lèvres. Ils peuvent être le symptôme d'une atteinte du cervelet dans le cadre de pathologies diverses, comme une sclérose en plaques ou d'une tumeur cérébrale, la séquelle d'un accident vasculaire cérébral (AVC) ou d'une atteinte plus globale, provoquée par la prise d'alcool, d'amphétamines ou de médicaments (bronchodilatateurs, neuroleptiques, antidépresseurs, antiépileptiques...).

Les tremblements d'attitude. Rapides et réguliers, ils surviennent lors du maintien d'une position (vous tendez un bras, par exemple) et disparaissent totalement au repos. En France, environ 400 000 personnes présentent ce symptôme, qui peut prendre trois formes :

- Le tremblement physiologique exagéré. Il affecte uniquement les doigts, voire les mains. Il est souvent provoqué par l'anxiété ou l'excès de caféine, mais aussi par l'hyperthyroïdie, le sevrage d'alcool ou du tabac, la prise de certains médicaments (corticoïdes, lithium...).

- Le tremblement essentiel. Cette forme est la plus fréquente. Elle touche plus de 300 000 personnes en France, notamment des personnes âgées. Ses caractéristiques ? Les tremblements touchent les mains, les jambes, le menton et la voix. Ils s'intensifient avec le temps, mais ne s'accompagnent d'aucun autre signe neurologique. On retrouve souvent un terrain familial.

- Le tremblement orthostatique primaire (TOP). Cette maladie rare touche surtout les femmes, entre 50 et 60 ans. Invisible à l'œil nu, le tremblement touche les jambes et le tronc, uniquement en position debout et sans appui. Cette incapacité à se tenir droite longtemps (dans une file d'attente, dans le métro...) est particulièrement difficile à vivre.

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0