Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux
Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique
Je m'abonne : les meilleures offres
S'abonner à la version numérique

Virginie Efira : L'atout charme du cinéma français...

A l'affiche d'Un homme à la hauteur aux côtés de Jean Dujardin, Virginie Efira présentera cinq films cette année. Elle est la nouvelle actrice dont la France raffole. Son secret ? Une fraîcheur et un grand sourire...

Bien que Belge, elle est devenue en quelques années une Cameron Diaz à la française, pour d'autres, une Jennifer Aniston, une de ces filles belles et piquantes tout en restant rieuses et sympathiques. L'intéressée se définit même comme un mélange entre une Spice Girl et Simone Veil ! En plusieurs comédies romantiques, Virginie Efira a tracé son chemin. Un parcours sans faute qui ne l'a pas empêché d'être maman à 36 ans. Une petite Ali qui a changé sa vie !

Elle rêvait de Simone Signoret et se retrouve Miss Tequila dans une boîte de nuit...

Née en 1977 non loin de Bruxelles, fille d'un professeur de médecine spécialisé dans les cancers du sang, Virginie Efira n'était pas vraiment programmée pour jouer les saltimbanques, néanmoins sa vocation de comédienne remonte à très loin... Elle est toute gosse lorsque les rires de ses camarades, après qu'elle avait saccagé une poésie mal apprise, lui donnent l'envie de faire comédienne quand elle sera grande. Mary Poppins la fait aussi rêver, lui prend le goût de raconter des histoires. A 12 ans, elle monte La Cantatrice chauve avant de réussir avec Phèdre, à 19 ans, le concours d'entrée de l'Institut national supérieur des arts du spectacle. Mais, comme elle ne cessera de le répéter, Virginie souffre d'un sérieux sentiment d'infériorité, alors vouloir prendre le chemin de ses idoles actrices, Kim Novak, Marilyn Monroe, Simone Signoret... lui semble bientôt insurmontable. Elle renonce un moment, par manque d'audace, non sans garder toutefois son rêve de gosse dans un coin de son esprit. « Je n'ai jamais pensé faire autre chose... », confirme-t-elle.

Adolescente, elle en fait des caisses, adoptant des looks peu discrets qui lui vaudront même d'être virée de l'école. « Un emballage vestimentaire qui cachait peu de choses », se souvient-elle. Elle a 19 ans et ses colocataires sont gogo danseuses, du coup, comme elles, elle a opté pour des talons trop hauts, la chaîne de cheville, la coiffure très étudiée, le maquillage appuyé et les robes courtes et moulantes. « Pour gagner de l'argent, j'étais Miss Tequila dans une boîte, un métier qui exige d'adopter la tenue qui va avec », explique-t-elle dans un éclat de rire. Le sens du déguisement la poursuit lorsqu'on lui propose de faire ses débuts à la télé. Une émission quotidienne pour les jeunes qui la condamne aux couettes sur la tête et aux tenues improbables. Peu importe, elle s'amuse et quand on est une bonne nature, c'est l'essentiel...

Elle ne sera plus jamais animatrice télé, à moins d'avoir cinq enfants qui n'ont plus rien à manger...

Lorsque la petite Belge débarque à Paris, elle se sent illégitime, un peu à côté de la plaque comme se sentirait une provinciale perdue dans la grande ville. Pourtant M6 a confiance pour deux, la chaîne a repéré son peps et ses sourires à gogo, la voici figure de proue du divertissement avec Opération séduction, Le Grand Zap, Absolument 80/90 et enfin Nouvelle Star, dont elle assure la présentation en remplacement de Benjamin Castaldi, parti, lui, sur TF1. Un détour par Canal + avant un virage à cent quatre-vingts degrés en 2010 : enfin la comédie ! Après quelques doublages de voix, notamment pour les films d'animation Garfield, elle rencontre son premier vrai rôle au cinéma dans Le Siffleur, aux côtés de Thierry Lhermitte et François Berléand. Plusieurs films s'enchaînent, dont L'amour c'est mieux à deux avec Manu Payet et Clovis Cornillac ou La Chance de ma vie, jusqu'au succès de 20 ans d'écart, l'histoire d'une trentenaire rédactrice en chef d'un journal de mode qui s'éprend d'un petit jeune, le théâtreux Pierre Niney. Plus d'un million d'entrées en salle ! Virginie s'amuse que dès lors on la compare à Cameron Diaz ou à Jennifer Aniston : « C'est normal, j'ai tourné tellement de films dans lesquels un personnage masculin et un personnage féminin se gueulent dessus au début mais se roulent des pelles à la fin ! » Ce qui ne l'empêche d'incarner ensuite une lesbienne tatouée dans Et ta sœur.

Sa fille de 3 ans la suit partout, même sur les tournages !

Les enfants, elle a commencé par se contenter de ceux des hommes qu'elle aimait. « J'ai toujours aimé la place de belle-mère », dit-elle. Elle craignait que devenir maman ne l'enterre ou au moins ne l'immobilise, qu'elle en perdrait sa sacrosainte indépendance. Ce sera finalement l'inverse... « C'est infiniment joyeux, les enfants (...) La maternité, c'est même un bond de malade, sublime et vertigineux », évoque-t-elle. Elle parle au contraire d'un « émerveillement constant. » Maman, elle cesse soudain de se déconsidérer, d'ailleurs, elle veut surtout apprendre à sa petite Ali de 3 ans à avoir confiance en elle. Et aussi lui enseigner l'indépendance, un cadeau que lui avait fait son père en répétant sans cesse qu'elle ne devait jamais dépendre d'un homme. Du coup, quand à 22 ans elle lui apprendra son mariage avec le comédien et producteur Patrick Ridremont, déjà père de trois enfants, il lui répliquera : « Ce n'est pas pire qu'un cancer mais quand même... » Trois ans plus tard, le couple se sépare sans perdre le sourire. Les deux ex, devenus amis, signeront même leurs papiers de divorce sur le plateau de Panique dans l'oreillette, l'émission de Frédéric Lopez. Du Efira tout craché ! De la même façon, bien qu'ils se soient séparés au bout d'un an, Virginie est restée très amie avec le réalisateur franco-tunisien Mabrouk El Mechri, le père de la petite Ali. « Quelque chose demeure toujours entre deux personnes qui se sont aimées (...) Il y a un socle auquel on ne doit pas toucher », explique-t-elle très joliment avant d'assurer qu'aujourd'hui elle fonce moins tête baissée dans les histoires d'amour.

Retrouvez Virginie Efira au cinéma aux côtés de Jean Dujardin dans le film Un homme à la hauteur.

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0