Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :

Petits secrets de santé des Japonaises

Les centenaires d'Okinawa puisent leur exceptionnelle longévité dans leur alimentation : un régime à base de légumes, d'épices, d'algues et de fruits.

86,8 ans, c'est l'espérance de vie moyenne des Japonaises. D'après l'Organisation mondiale de la santé, c'est aussi la plus élevée au monde. Mais comment font-elles ?

Au pays du Soleil-Levant, les traditions ancestrales laissent progressivement la place à un mode de vie plus occidental, avec la sédentarité, l'alcool, le tabac et les mauvaises habitudes alimentaires qui l'accompagnent. Malgré tout, le Japon est un champion de la longévité. Des pistes pour mieux comprendre les raisons de ce privilège.

Moins de viande, plus de poisson

De nombreux travaux, dont ceux du professeur japonais Manami Inoue, montrent un lien direct entre la longévité des Japonaises et leur alimentation. Elles mangent notamment moins de viande et de graisses animales que la moyenne des Occidentales et consomment davantage de poisson. Or, ce dernier a tout bon ! Il est riche en protéines, en acides aminés et en fer. Quant aux poissons dits gras (maquereau, anchois, sardine, hareng, sprat, saumon, thon), leur teneur en oméga-3 joue un rôle important dans la prévention des maladies cardiovasculaires.

Pour en profiter vous aussi : si les poissons sont nutritionnellement très intéressants, ils sont souvent contaminés par des substances toxiques, sans compter que les stocks de pêche s'épuisent. Alors, pour choyer votre santé et la planète, privilégiez la morue, le hareng et le maquereau de l'Atlantique, mais aussi le pagre, le saumon (en conserve), les sardines et le haddock (chalut). Manger du poisson deux à trois fois par semaine, cela représente un budget, mais diminuer les achats de viande devrait alléger la note.

Du thé vert tous les jours

Les Japonaises sont friandes de thé. Et, à en croire les scientifiques, cela contribue à les garder en bonne santé. En septembre 2006 déjà, une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association montrait que boire une à cinq tasses de thé chaque jour réduisait la mortalité cardiovasculaire, à condition que le thé soit vert. Depuis, d'autres recherches ont mis en avant l'intérêt de cette boisson dans la prévention du diabète de type 2, de la maladie d'Alzheimer...

Pour en profiter vous aussi : surtout, choisissez du thé vert bio, car près d'une vingtaine de pesticides peuvent être employés pour traiter les feuilles de thé. Et préférez les feuilles entières, voire brisées, vendues en vrac. Attention, les tanins du thé limitent jusqu'à 70 % l'assimilation par l'organisme du fer contenu dans les aliments. Voilà pourquoi il est conseillé de ne pas en boire dans l'heure qui précède ou qui suit un repas. Mais vous pouvez évidemment faire une exception pour le petit déjeuner. Dernière recommandation, et elle est surprenante ! D'après une étude australienne datant de 2011, pour préserver toutes les propriétés des composés du thé, il faudrait verser de l'eau chaude dans une tasse, y ajouter le thé et faire chauffer le tout trente secondes à puissance moyenne au micro-ondes.

Des séances régulières de shiatsu

Le shiatsu est né au début du XXe siècle. Dès les années cinquante, le ministère japonais de la Santé le reconnaît officiellement, le définissant comme « une technique qui utilise les doigts et les paumes des mains, pour exercer des pressions en des points déterminés, avec l'objectif de corriger des irrégularités de l'organisme, de préserver et d'améliorer l'état de santé. » En optimisant la circulation d'énergie, le shiatsu agit sur le niveau de stress. Il contribue à réguler la tension artérielle, mais possède aussi un impact sur l'insomnie, la constipation, les douleurs...

Pour en profiter vous aussi : à titre préventif, pour rester en pleine forme, une heure de shiatsu par mois semble l'idéal. Sur un problème spécifique, le praticien peut vous demander de venir trois fois d'affilée, à huit jours d'intervalle. Une séance de shiatsu se déroule à même le sol, et l'on reste habillée, ce qui convient parfaitement à la pudeur légendaire des Japonaises. Les séances coûtent en moyenne cinquante euros, certaines mutuelles les prennent en charge.

Trouvez un praticien en shiatsu sur www.ffst.fr ou au 01.42.29.64.22.

A lire

Docteur en pharmacie, diététicienne et nutritionniste, Isabelle Vaugelas propose cent vingt recettes inspirées du kaizen (amélioration continue, en japonais) pour acquérir de nouveaux réflexes santé.

Cuisine kaizen, éditions Albin Michel, 15,90 €.

Commenter
Réagissez
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme