Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :
Nous Deux Nous Deux J'achèteFormat papier ou numérique Je m'abonne : les meilleures offres S'abonner à la version numérique

Richard Anthony : à présent il s’en est allé

En 1964, Richard Anthony connaissait un franc succès avec le tube « A présent, tu peux t’en aller ». Aujourd’hui, le titre de la chanson nous semble à la fois ironique et douloureux… Le chanteur yéyé nous a en effet quitté ce dimanche 19 avril à 77 ans, des suites d’un cancer généralisé, laissant dans notre cœur de jolis souvenirs de jeunesse.

Richard Btesh, de son vrai nom, était né en Egypte en 1938 puis avait beaucoup voyagé durant son enfance et son adolescence, cela l’amenant à devenir un polyglotte averti (il parlait 6 langues). Son amour pour la musique avait commencé par la pratique du saxophone et l’amour du jazz, avant d’aller explorer des contrées touchant d’avantage à la variété française et au rock n’roll de l’époque.

Il faut bien reconnaître que ce magicien du twist a su faire vibrer les années 60 de par son enthousiasme tranquille et ses 45 tours mémorables. On se souvient notamment des charmants morceaux « Nouvelle vague », « Aranjuez mon amour » ou encore « Itsy Bitsy petit bikini », tandis qu’il faisait chavirer les cœurs en 1962 avec le slow « Et j’entends siffler le train ».

https://www.youtube.com/watch?v=9J80X1niH38

Expansif, lui ? Pas vraiment. Marié à deux reprises et père de 9 enfants, sa personnalité réservée, toute en nuances, le faisait se définir lui-même comme un homme « timide et sauvage ». Cela ne l’a cependant pas empêché de maintenir sa carrière à flot, bien après l’époque des yéyés, surfant notamment sur des adaptations de chansons anglophones et de nouvelles propositions artistiques. Fort de plusieurs centaines de morceaux enregistrés et environ 50 millions de disques vendus, Richard Anthony a ainsi pu jouir d’une notoriété méritée.

Mieux encore, il ne s’est jamais vraiment arrêté. Interrompant par moments sa carrière, le chanteur est toujours revenu sur scène, comme lors de la tournée Age tendre et têtes de bois en 2006 ou, plus récemment en 2012, le temps d’un concert à l’Olympia qui affichait complet.

C’est sans nul doute cette carrière riche et prolifique qui l’a amené à devenir Officier des Arts et des Lettres, le 23 novembre 2011. Une jolie conclusion pour une belle personne, il est vrai. On aurait aimé le voir encore longtemps se passionner pour la musique et nous faire revivre nos premiers émois. Mais si Richard Anthony s’en est désormais allé rejoindre les Claude François, Joe Dassin et Dalida, il nous a laissé, par le biais de ses chansons, l’effervescence des yéyés, la joie de vivre et la simplicité.

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0