Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :

Mieux comprendre nos ados face à la technologie

ados-technologies

Avec l’arrivée des nouvelles technologies ces dernières années, notre mode de vie a totalement changé. Au sein de ce bouleversement, nos enfants. Ce sont les premiers touchés, les premiers concernés et force est de reconnaître qu’ils s’y adaptent plutôt bien, jusqu’à y passer le plus clair de leur temps libre. Une aubaine pour eux ? Possible. Mais lorsque l’on est parents, il est difficile de se mettre au goût du jour et comprendre ces adolescents hyper connectés.

Pourtant, il n’est pas nécessaire de regarder forcément ce phénomène d’un mauvais œil. Les médias ont tendance à tout exagérer mais gardons bien en tête que les jeunes ont recours à Internet pour de nombreuses raisons : puiser des informations pour leurs devoirs, se divertir par le biais des réseaux sociaux, échanger avec leurs amis, regarder et commenter des vidéos… En bref, ils sont des internautes comme les autres qui observent, dialoguent et réagissent. Un premier bon point car leur cerveau est de ce fait en activité constante, ce qui n’est pas le cas des heures passées devant la télévision par exemple. Rester en éveil leur permet de développer de nombreuses compétences comme l’intellect, la mémoire, la curiosité et ce, même à leur insu. Jonglant du smartphone à la tablette en passant par l’ordinateur, ils n’ont pas toujours conscience de leurs aptitudes mais elles sont bien réelles.

Par ailleurs, la principale raison à l’engouement des ados pour la technologie demeure l’amitié. Si l’on demande souvent à nos enfants de se montrer disponible à la maison, n’oublions pas que ce qui se passe au dehors est tout aussi important. A ce détail près qu’aujourd’hui, les discussions entre amis ne se déroulent pas toujours à l’extérieur...
C’est un fait : les ados sortent moins mais discutent avec d’avantage de monde et ont un nombre de contacts bien plus conséquent que nous à leur âge. Autre temps, autres mœurs ? Assurément. Ce n’est ni mieux, ni plus mal, juste très différent !

L’adolescent sous notre toit aura besoin de s’isoler afin de tisser des liens, notamment par le biais des réseaux sociaux. Facebook, Twitter, Instagram ou encore Snapchat, voici bien des noms auxquels il nous faudra nous habituer. Cela nous paraît souvent trop virtuel car ce n’est pas la « vraie vie », celle qui confronte les jeunes les uns aux autres. En vérité, la démarche est plus profonde. Ces réseaux sont des outils pour sociabiliser et plus encore, s’extérioriser. Certains adolescents peuvent se montrer timides dans le monde réel, ne rien oser et rester dans leur coin : un vrai souci que comble en partie Internet en leur permettant de s’exprimer librement et sans peur. Il n’en faut parfois pas plus pour gagner un peu de confiance en soi.
Par conséquent, il est impératif de leur laisser le champ libre quant à leur connexion régulière, dans la mesure du raisonnable bien sur. Ne pas le faire serait les couper du monde. Or notre but premier est qu’ils soient heureux et se sentent intégrés aux autres.

L’attitude à suivre est de ne pas s’inquiéter démesurément. Oui, les selfies sont un peu ridicules, et alors ? Nos modes n’étaient pas forcément mieux et la bonne nouvelle est qu’elles sont toutes passagères. Quant à la notion de « tout montrer » sur Internet, elle est bien relative et dépend surtout du caractère de l’adolescent. Un jeune expansif aurait trouvé d’autres moyens de l’être, avec ou sans les technologies actuelles. Et les plus discrets le restent aujourd’hui s’ils le souhaitent, même à l’heure de ce qui semble être un grand déballage public et la perte de la vie privée.

L’autre sujet qui nous préoccupe souvent est l’impact des nouvelles technologies sur la sexualité de nos ados. Mais il est des choses qui ne changent pas. En dépit des vidéos à caractère pornographique visionnées de plus en plus jeunes, les premiers émois amoureux ne sont pas touchés outre mesure par le modernisme et la sexualité précoce demeure rare. En vrai, il apparaît que les jeunes durant leur puberté ont un relationnel aussi maladroit et hésitant que les générations précédentes.

Finalement le risque principal demeure l’addiction. Lorsque le passe-temps devient excessif, il y a toujours des conséquences inquiétantes, à commencer par la perte du sommeil et donc un manque de concentration qui peut altérer la scolarité. On veille donc bien à ce que nos adolescents ne s’isolent pas en permanence et effectuent des sorties régulières. On ne les laisse pas utiliser leurs appareils trop tard le soir et on interdit le smartphone à table qui est un lieu convivial. Ces petites règles sont simples mais elles aideront au bon déroulement de la vie de famille, tout en permettant au jeune de créer des repères. Il faut qu’il comprenne que la vie virtuelle a ses avantages mais qu’elle ne peut en aucun cas surpasser la réalité ni servir de refuge constant.

Autant alors concilier les deux et vivre avec son temps mais les pieds bien sur terre ! Un conseil qui s’applique à nous aussi, afin de mieux nous acclimater et ne pas sans cesse considérer la technologie comme notre pire ennemi.

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0