Fermer
Suivre Nousdeux.fr sur
S'abonner au magazine :

Mutuelle : Tous les salariés y ont droit !

Depuis le 1er janvier, toutes les entreprises doivent proposer une complémentaire santé à leurs salariés. Quelles sont les personnes concernées ? Que prend-elle en charge ? Nousdeux.fr répond à vos questions.

Qui est concerné ?

Tous les salariés, même ceux en CDD à condition que leur contrat soit d'au moins un mois en bénéficieront. C'est un changement surtout pour les salariés des petites entreprises, ceux des grandes étant, en général, déjà couverts. Cela devrait représenter un quart des salariés soit 4 millions de personnes*. La mutuelle coûtera par salarié entre 12 et 30 euros par mois, sachant qu'au moins la moitié est prise en charge par l'employeur. On ne débourse donc que 6 à 15 euros par mois.

Que prend-elle en charge ?

Cette complémentaire santé obligatoire prévoit « un panier de soins minimal ». Les contrats souscrits par les entreprises doivent ainsi couvrir, au moins, le ticket modérateur (la partie des dépenses de santé qui restent à la charge du patient après le remboursement de l'assurance maladie), le forfait journalier hospitalier, les soins dentaires à hauteur de 125 % des tarifs de la Sécurité sociale et l'optique pour 100 à 200 euros. C'est l'équivalent d'une mutuelle de base. Rien n'empêche l'entreprise d'améliorer la couverture et si vous n'êtes pas satisfait du niveau des remboursements vous pouvez prendre une surcomplémentaire qui coute jusqu'à 60 euros par mois environ pour augmenter le taux de prise en charge de vos dépenses.

Qu'en est-il de la famille ?

Seul le salarié est obligatoirement couvert par cette mutuelle. Il est donc conseillé de souscrire une couverture supplémentaire pour son conjoint, ses enfants... s'ils ne sont pas assurés par ailleurs. On peut s'adresser à l'assurance choisie par son entreprise ou à une assurance de son choix. Il est conseillé de faire jouer la concurrence et de bien comparer les offres.

Et si on est déjà couvert ?

A moins d'être dans un des cas de dispense possibles prévu par la loi et repris par l'entreprise permettant de conserver son contrat, dans tous les autres cas, on doit résilier son contrat individuel. Attention à bien vérifier les délais de préavis. On dispose, en général, de deux mois avant l'échéance pour informer son assurance.

* Source: Haut Conseil pour l'avenir de l'Assurance-maladie

Réagissez !
Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
 
Commentez
Commentez 0